Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/93/9782020564793FS.gifDocument 2004 - Ça commence par un voyage en Yougoslavie en vue d'un repérage après la lecture d'un roman d'Andrée Chédid… Non, ça commence par une lettre trouvée un jour dans sa boîte : un type handicapé qui lui demande de le faire voyager, lui qui ne peut prendre la vie d'assaut, cloué dans son "char". Il s'appelle Roland et Bernard Giraudeau se prend d'une rude, d'une âpre amitié pour lui, ce "marin à l'ancre", à qui il va faire découvrir les eaux douces et salées du monde entier. Celles d'Amazonie, de Chypre, de Madagascar, de l'Afrique du Sud. Sous forme de lettres ou de carnets de voyages, il raconte le monde vu de ses yeux vus, avec le ton d'une discussion légère entre potes. Et qui dit "potes" dit rigolades et coups de coude – toujours par écrit – pour viser un peu les belles que l'acteur ne manque pas de découvrir dans chaque port, fidèle aux légendes de vieux marins et autres mythes qu'il égrène au fil de sa plume.

Outre les rêveries auxquelles il convie Roland et les lecteurs ("Mais les papillons jaunes du fleuve sont des esprits, Roland. Personne au monde n'attrape les esprits."), Giraudeau se dévoile (souvent avec humour), avoue ici son inaptitude au bonheur ou à la patience, confie là son goût pour l'improvisation au théâtre, réfléchit à la misère rencontrée dans ses voyages ("Il faut n'avoir vraiment rien pour savoir ce que c'est de n'avoir rien.") Un portrait de l'acteur en voyageur qui ne laissera indifférent ni ses admirateurs… ni les autres. --Laure Anciel --Ce texte fait référence à l'édition Relié .

Présentation de l'éditeur

Roland est paralysé et cloué dans son fauteuil roulant. Bernard, lui, est acteur, il a été marin et parcourt le monde. Pendant plusieurs années, il a écrit à son ami, le faisant ainsi participer à ses aventures sportives, théâtrales, cinématographiques et personnelles. Il a voyagé pour lui. Loin du tourisme et de l’auto complaisance, ces lettres forment un récit hors du commun, mêlant les souvenirs du marin de dix-sept ans qui découvrait, dans l’innocence, le monde des ports et les femmes (la petite infirme de Diego Suárez, la geisha de Kobe, la dame de Balboa...) aux réflexions et aux sentiments de l’homme qu’il est devenu. Et qui se cherche de la Transamazonienne à la Patagonie et à l’Afrique, sensible aux injustices, aux parfums, à la sensualité, aux femmes.


Chronique d’une amitié sans pathos, ces lettres nous révèlent un regard précis et original servi par le style à la fois brutal et lyrique d’un " homme qui court par peur de tomber ".

 

Le Marin à l'ancre [Poche]

Bernard Giraudeau (Auteur)

Poche: 268 pages

  • Éditeur : Seuil (27 avril 2004)

  • Collection : Points

  • Langue : Français


http://www.cinetelerevue.be/_includes/framer.php?base=/images/actus_news/zz_b_giraudeau_09_reporters.jpg&mask=618x397Bernard GIRAUDEAU est né à La Rochelle en 1947. Il joue à la fois pour le théâtre et pour le cinéma avec, entre autres, Ridicule (1995), Les Caprices d’un fleuve (1995) qu’il réalise, Gouttes d’eau sur pierres brûlantes (1999) ou encore Une affaire de goût (1999). Il réalise plusieurs documentaires dont La Transamazonienne (1999), Chili Norte I Chili Norte II (1999), Un ami chilien (1999). --Ce texte fait référence à l'édition Relié .

 

Lien utile sur le blog

Bernard Giraudeau, voyageur, écrivain, comédien, cinéaste

Commenter cet article