Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://www.decitre.fr/gi/62/9782213595962FS.gifLe pain était sous l'Ancien Régime une obsession de tous les instants. Il était aussi une préoccupation constante pour le souverain et ses ministres confrontés aux émeutes de la faim. Aujourd'hui, il fait partie du patrimoine culturel français.


Dans ses dessins décapants à la une du Monde , montrant Jean-Pierre Raffarin maniant une baguette, le dessinateur Plantu rajeunit le vieux lien qui rattache le pain à la politique. Historiquement, cette relation a été beaucoup plus forte qu'elle ne l'est de nos jours : depuis la fin du XIXe siècle, si l'on met entre parenthèses les deux guerres mondiales, la France ne vit plus sous la tyrannie des grains. La vie sociale de l'Ancien Régime reposait, elle, pour tous ses aspects, sur les céréales. Celles-ci dominaient l'économie : outre leur rôle déterminant dans le secteur agricole, elles influaient, directement ou indirectement, sur le développement du commerce et de l'industrie, elles réglaient l'emploi, et constituaient une source de revenus essentielle pour l'État, pour l'Église, pour la noblesse et pour une large fraction du tiers état. Les besoins de subsistance donnaient à cette tyrannie son expression la plus impitoyable. La population vivait essentiellement de grain : la grande majorité tirait la plupart de ses calories du pain - au moins 2 livres (soit un kilogramme environ) par jour pour le travailleur en ville ou à la campagne, quand il pouvait se le payer - mangé avec la soupe assaisonnée de légumes, plus rarement d'un morceau gras de viande. Par temps ordinaire, une ration de pain et de soupe pouvait coûter à une famille ouvrière ou paysanne jusqu'à 50 % de son revenu. Si les gens du peuple à la campagne mangeaient des céréales dites « inférieures » - le seigle, l'orge, l'avoine ou le sarrasin -, « les...

Le pain, le peuple et le roi

Par Steven Kaplan
publié dans L'Histoire n° 271 - 12/2002  

Acheter L'Histoire n° 271  +


Liens utiles sur le blog :

Portrait de Steven Kaplan : "le héros des boulangers"...

Le pain maudit

Août 1951, le pain du diable à Pont-Saint-Esprit ...



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article