Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://4.bp.blogspot.com/_37HZIlh6VMg/Sk1gs7iNf3I/AAAAAAAABa8/stQFi8q1Yp0/s400/trilogie+berlinoise.jpgL’idée était audacieuse : prendre pour héros récurrent un policier de la Kripo en délicatesse avec sa hiérarchie depuis l’arrivée des nazis au pouvoir et reconverti en policier « privé » dans le Berlin d’avant-guerre, puis la Vienne d’après-guerre …

Autant le dire nettement, Philip Kerr, un écossais né en 1956 et auteur par ailleurs d’une oeuvre prolifique et multiforme qu’on peut trouver inégale, a largement gagné son pari.

Suivre les enquêtes haletantes de Bernie Gunther — un Philip Marlowe berlinois —qui l’amènent à croiser des personnages aussi sympathiques que Himmler, Heydrich, « gestapo Muller », Goebbels… et à se retrouver interné à Dachau en 1936 … devient rapidement une addiction tant l’écriture, les situations et les intrigues sont de qualité et captivent. Nous avons là la quintessence du roman noir imbriqué dans une trame historique crédible.

On commencera bien évidemment par la « trilogie berlinoise » de l’auteur qui n’a pas pris une ride depuis sa parution, il y a plus de 20 ans. Soit, et dans l’ordre : L’été de cristal (March Violets) trad. Française 1989, La Pâle figure (The Pale Criminal), trad. Française 1990, Un Requiem allemand (A German Requiem), trad. Française 1991, le tout édité par le Masque et réédité de nombreuses fois depuis 1989…

Ces trois romans ont conféré à Philip Kerr une place comparable à celle de James Ellroy dans ma bibliothèque personnelle… c’est tout dire

Mais je ne devais pas être le seul à en redemander et après des incursions dans le fantastique, la science fiction, la philisophie, l’uchronie… Philip Kerr s’est décidé à donner une suite aux aventures d’un héros de plus en plus écrasé et décalé dans un monde en pleine reconstruction qui ne vaut guère mieux que l’avant-guerre.

Nous retrouvons donc Bernie Gunther après-guerre essayant de survivre entre Russes, Américains, commandos de vengeurs juifs, réseaux d’entraide et filières d’évasion d’anciens SS et criminels de guerre.

Cela donne deux livres tout aussi passionnants qui nous entraînent à Munich, Vienne, Garmisch (La Mort entre autres, Le Masque, 2009 pour la trad. française), puis en Argentine avec un certain Adolph Eichmann : A Quiet Flame, Quercus Publishing (octobre 2008) qui n’est pas encore sorti en traduction française.

TRES CHAUDEMENT recommandé à ceux qui n’auraient pas encore lu ces joyaux et dont j’envie le plaisir et la découverte ! - Jean -Marc Berlière - http://politeia.over-blog.fr/

 

Commenter cet article