Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2012/03/01/543611/images/ressource/pablo_web.jpgDans "Pablo" (ed. Dargaud), Julie Birmant et Clément Oubrerie nous invitent dans le Paris des années 1900 où le génie espagnol vient de s'installer. Avec "Le pont des arts" (ed. Sarbacane), Catherine Meurisse nous initie au dialogue entre littérature et peinture. Quand la bande dessinée parle de l'art avec intelligence et gourmandise.


Elle habite le quartier Pigalle. Tous les jours, elle monte à Montmartre et passe devant le Bateau-Lavoir. C’est, dit-elle, ce qui lui a donné l’idée et l’envie de consacrer une bande dessinée ambitieuse - il y aura quatre tomes - au jeune artiste qui avait trouvé là, au tournant du XXème siècle, un havre où peindre avec frénésie. Picasso n’était encore que Pablo, et Pablo sera le titre de la série imaginée par Julie Birmant et mise en scène par Clément Oubrerie.

 

C’est dans les pas de Fernande Olivier, la première muse du génial espagnol, que nous allons découvrir Paris 1900, sa féérie industrielle et électrique, ses femmes belles et lubriques, son petit peuple et ses poètes maudits. On y vit en bande et la  bande gravite autour de la figure magnétique de Pablo.

 

Pablo est donc une histoire racontée par les filles: la scénariste Julie et son personnage Fernande. C’est une BD féministe sur laquelle plane le regard de deux hommes: celui de Pablo, noir, intense, et celui de Clément, le dessinateur qui, de son crayon doux, caressant, transmet la vie avec un naturel confondant.    

 

Pablo, 1er tome : Max Jacob, de Julie Birmant et Clément Oubrerie, couleurs de Sandra Desmazières aux éditions Dargaud.

 

Il fut un temps où Julie Birmant avait pour complice Catherine Meurisse.  Surprise ! La talentueuse dessinatrice de Charlie-Hebdo sort, elle aussi, aujourd’hui, une BD sur la couverture de laquelle apparaît Picasso. Le sien a déjà tout vécu et porte sa fameuse marinière rayée bleu et blanc des années Côte d’azur.

 

Le pont des arts est une belle idée. Catherine Meurisse y fait dialoguer  la littérature et la peinture. Ou plus exactement, elle s’appuie sur les mots des écrivains qui se piquaient de critique artistique pour commenter en quelques tableaux brossés avec entrain les heurs et malheurs de leurs contemporains du pinceau. Diderot et Chardin, Théophile Gautier et Courbet, Victor Hugo et Cézanne… C’est intelligent, érudit et marrant !

 

Le pont des arts de Catherine Meurisse aux éditions Sarbacane.

 

Quand la BD sait parler des Beaux-Arts © Dargaud / Sarbacane Julie Birmant et Clément Oubrerie / Catherine Meurisse

 

Pablo et Picasso

le Dimanche 4 Mars 2012 à 05:20

(Ré)écouter cette émission Lecture

 

 

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-ash2/157167_608058996_829203601_n.jpgPour faciliter la recherche d'articles sur le blog de Philippe Poisson :

Cliquer sur le lien ci-dessous

poisson's timeline featuring updates and tweets. (timekiwi) 

timekiwi.com/philippepoisso

il y a 5 jours – I'm squeezing kiwis on @timekiwi. Here's my new timeline ... Le blog de Philippe Poisson (13 mars 2012 ). 1613 918 pages vues à la date du ..

Partager

Commenter cet article