Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

http://myboox.f6m.fr/images/livres/reference/0022/04/le-tireur-glendon-swarthout-9782351785232.gifA lire absolument ! Les derniers jours de John Bernard Books (le bien nommé), alias la gâchette du far West la plus rapide de tous les temps !


Celui qui dénombre plus d'une trentaine de cadavres au compteur est mal en point quand commence le livre. Le Doc, qu'il convoque dans la chambre d'hôtel dans laquelle il s'est réfugié, n'y va pas par quatre chemins au moment de lui annoncer son diagnostique : une tumeur à un endroit très mal placé le condamne irrémédiablement. Il ne lui reste, tout au plus, que quelques semaines à vivre et ce qu'aimerait Books ce serait de les passer le plus calmement du monde dans le confort de cette chambre d'El Paso. Seulement voilà, Books, à sa manière, est une vraie star et très vite son nom à la réputation sulfureuse est sur toutes les lèvres. Telle une trainée de poudre, l'information qu'il loge chez la veuve Rodgers se répand à travers la ville réveillant chez plus d'un colt l'envie un peu lâche de se faire une belle réputation à peu de frais : il ne devrait, en effet, pas être très difficile de faire passer à la postérité une légende aussi affaiblie... Inutile de vous dire qu'il en i ra tout autrement, jusqu'à ce final magistral, comme un dernier western avant le passage dans une autre ère.


Car au-delà du simple western, justement, dont la narration jubilatoire suffirait largement à notre bonheur, Glendon Swarthout évoque aussi, à travers la mort de Books, la fin d'un monde. Nous sommes en 1901 et le XXème siècle impose ses conditions. Voici comment le shérif d'El Paso s'adresse à ce héros d'un temps passé : "ça doit faire longtemps que vous n'avez pas regardé un calendrier. On est en 1901. Les jours anciens sont morts et enterrés et vous ne le savez même pas. Vous pensez que cette ville est juste un endroit comme les autres où faire régner une terreur de tous les enfers. Un enfer, c'en est un. Bien sûr qu'on a encore des saloons, des filles et des tables de jeu, mais on a aussi l'eau courante, le gaz, l'électricité et une salle d'opéra, on aura un tramway électrique d'ici l'année prochaine et on parle même de paver les rues. [...] Où est votre place dans cette marche du progrès ? Nulle part. Votre place est au musée. Pour être plus précis, Books, vous appartenez à une autre époque, complètement révolue." Tout est dit...


La force de ce livre est de savoir toucher le lecteur à travers la peinture d'un homme somme toute infréquentable, mais qui le paraît cependant tellement moins que le siècle qui s'annonce et dont l'emballement médiatique et morbide que suscitera la présence du légendaire cow boy en ville apparait comme un avant goût...


Un vrai coup de coeur facile à lire et terriblement efficace ! ! !


 

La conquête de l'Ouest fût une époque héroïque, pleine de bruits et de fureur où de féroces duellistes écrivirent leurs légendes à coups de Colts. Dernier survivant de cette époque, John Bernard Books n'aurait jamais cru pouvoir contempler le XX siècle. Descendu à El Paso, à la pension de madame Rodgers, il apprend que sa vie est menacée par un ennemi implacable : le cancer qui le ronge ne lui laisse que deux mois à vivre. Dés lors tout ce que la ville compte de charognards se presse à sa porte, du barbier désirant vendre ses cheveux en souvenirs au croque-mort qui envisage d'exhiber sa dépouille. Se refusant à mourir dans une lente agonie, Books décide de choisir quel sera le bon jour pour mourir et convie à un dernier duel les mauvais garçons de la ville, leur offrant une chance de se faire un nom en l'abattant.


Western crépusculaire, le Tireur nous plonge avec nostalgie dans une époque révolue tout en proposant une réflexion sur la notoriété et la déchéance des symboles de l'Ouest sauvage.


  • Les présentations des éditeurs : 26/01/2013

 

Au tournant du XXe siècle, John Bernard Books est l'un des derniers survivants de la conquête de l'Ouest. Après des années passées à affronter les plus grandes gâchettes du Far West, il apprend qu'il est atteint d'un cancer incurable : il ne lui reste que quelques semaines à vivre. Les vautours se rassemblent pour assister au spectacle de sa mort, parmi lesquels un joueur, un voleur de bétail, un pasteur, un croque-mort, une de ses anciennes maîtresses, et même un jeune admirateur. Mais Books refuse de disparaître sans un dernier coup d'éclat et décide d'écrire lui-même l'ultime chapitre de sa propre légende.

À l'instar de Larry McMurtry avec Lonesome Dove, Glendon Swarthout signe avec Le Tireur un western incontournable. Il a été porté à l'écran par Don Siegel en 1976, avec John Wayne dans son dernier grand rôle.

Glendon Swarthout (1918-1992) est un auteur prolifique qui s'est illustré dans divers genres littéraires, mais qui était surtout reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes de l'Ouest américain et du western. Plusieurs de ses romans ont été des best-sellers et sept d'entre eux ont été portés à l'écran. Parmi ceux-là, Le Tireur a été mis en scène par Don Siegel en 1976 sous le titre Le Dernier des géants, avec John Wayne dans son dernier grand rôle au cinéma.


Ce roman est publié dans une nouvelle traduction intégrale.

 

 

Le tireur

Auteur : Glendon Swarthout

Traducteur : Laura Derajinski

Date de saisie : 31/01/2013

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Gallmeister, Paris, France

Collection : Totem, n° 32

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg/220px-Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpgLechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.

 


Romans - Essais - Polars - Thrillers (71)

Commenter cet article