Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://www.lexpress.fr/images/jaquettes/36/9782080813336.gifLe 16 août 1870, à Hautefaye, en Dordogne, tout un peuple de paysans en armes fait subir les pires sévices à un jeune aristocrate accusé à tort de sympathies républicaines. Les meurtriers seront arrêtés, jugés, condamnés. Mais là n'est pas l'essentiel. Ce qui compte n'est pas tant le drame que le contexte de son déroulement et l'arrière-fond politique qui, ce jour-là, fait une irruption d'une violence inouïe sur la place d'un village. Dans ce livre publié pour la première fois en 1990, Alain Corbin met en scène, au sens littéral de cette expression, le supplice d'Alain de Monéys. Il remonte loin, très loin, à ces émeutes rurales dirigées contre les nobles du Périgord, discrédités aux yeux des paysans par une bourgeoisie complice qui agite le spectre du retour aux privilèges. En 1830 et en 1848, les campagnes se sont agitées contre les légitimistes rogneurs de libertés puis contre les républicains préleveurs d'impôts. L'Empire, en revanche, a acquis auprès d'elles un prestige que les premiers revers militaires, début août 1870, n'ont fait que renforcer. Le régime n'avait plus que quelques jours à vivre, ses défenseurs n'en étaient que plus agressifs à l'encontre de ses ennemis, de droite et de gauche, qui allaient le supplanter. Il fallut alors que, le 16 août, jour de foire aux bestiaux à Hautefaye, se montrât, ingénument et par hasard, ce malheureux, coupable de ce qu'il était et d'une opinion qu'on lui avait indûment prêtée. Un parfait bouc émissaire ...

Le village des «cannibales»

Par Daniel Bermond (Lire), publié le 01/12/1995

  • Auteur: Alain Corbin

  • Éditeur: Flammarion

http://www.lexpress.fr/culture/livre/le-village-des-cannibales_799595.html



Liens utiles sur le blog

Teulé ressort l'horreur d'hautefaye

Mangez-le si vous voulez

 

Commenter cet article