Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Les bagnes

http://www.decitre.fr/gi/15/9782746700215FS.gif1Les bagnes coloniaux, comme “terres de la Grande Punition” 1, furent créés par la loi de Napoléon III du 30 mai 1854. Les départs pour Cayenne avaient commencé, cependant, deux ans auparavant, avec les décrets du 8 décembre 1851 (4 jours après l’Insurrection) et de mars 1852. Les bagnes avaient déjà une longue histoire. Les galères, tout d’abord, servirent comme moyens de punition des condamnés. Puis, avec le progrès de la marine à voile, on utilisa les détenus à différents travaux forcés, tout en continuant à les rassembler dans les ports, principalement Rochefort, Brest et Toulon.

  • 1  La Terre de la Grande Punition est le titre du livre de Michel PIERRE, paru aux éditions Ramsay, en(...)

2Les transports outre-mer des condamnés avaient commencé très tôt, dès le XVIe siècle : envoi de populations au Canada, en Louisiane ; il faut rappeler la sombre affaire de l’hécatombe de la population de Kourou en Guyane, au milieu du XVIIIe siècle. Ces transports servaient cependant à peupler les colonies plus qu’à réprimer et punir.

3La Guyane apparut très tôt comme une terre choisie pour se débarrasser de personnes indésirables en métropole. C’est la Révolution qui y envoya les premiers déportés politiques.

4Les ports restèrent jusqu’au milieu du XIXe siècle le lieu d’enfermement des condamnés. On se servit de l’Algérie pour les insurgés de 1851. Dès 1852, cependant, la priorité fut donnée à Cayenne ; les bagnes des ports fermèrent alors progressivement : Rochefort en 1852, Brest en 1858, Toulon en 1873. L’envoi dans cette terre lointaine présentait un double avantage par rapport aux ports : la disparition, sans retour possible, de la population dangereuse, le remplacement, avantageux pour la mise en valeur d’une colonie qui ne voulait pas démarrer, des esclaves libérés en 1848 par une autre main-d’œuvre aussi peu coûteuse.

Les archives des bagnes de Cayenne et de Nouvelle-Calédonie : la sous-série colonies H aux archives nationales.

Odile Krakovitch

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 juin 2005.

Référence électronique

Odile Krakovitch, « Les archives des bagnes de Cayenne et de Nouvelle-Calédonie : la sous-série colonies H aux archives nationales. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 1 | 1985, [En ligne], mis en ligne le 20 juin 2005. URL : http://rh19.revues.org/index4.html.


Odile DRESCH-

KRAKOVITCH


Fonction

Carrière toute entière passée aux Archives nationales.
Conservateur dans différents services :
- Conservateur au Service des renseignement : avril 1966.
- Conservateur à la Section ancienne : janvier 1973 à fin 1986 (plus spécialement chargée des séries sur les colonies jusqu’à 1789).
- Conservateur à la Section du XIX° siècle : 1987 à 2000.
Conservateur en chef : septembre 1990.
Conservateur général : mars 2000.
Admise à la retraite le 1° octobre 2000.

Coordonnées

4, allée des Haras
92380 GARCHES

Tel : 01 47 41 03 35

Courriel : okrako@club-internet.fr

Champ(s) de recherches

- La censure théâtrale au XIX° siècle.
- Les mentalités à travers le théâtre au XIX° siècle.
- Les rapports de sexes vus à travers le théâtre au XIX° siècle.
- La répression et les bagnes coloniaux au XIX° siècle.
- Les Imprimeurs parisiens sous Napoléon I°.
- Les Impressions de la Révolution (inventaires des impressions réalisées par l’Imprimerie nationale des actes des Assemblées)

Fiche complète :

http://www.chcsc.uvsq.fr/ficheschercheurs/Krakovitch/Krakovitch.html


Commenter cet article