Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Comme tous les ans au mois de juillet, les coureurs sillonent les routes de France. Une épreuve toujours aussi populaire depuis sa création en 1903...

 

Le premier Tour de France cycliste s'élance le 1er juillet 1903 de Montgeron, alors en Seine-et-Oise, au sud de Paris. Il est l'aboutissement d'une querelle de douze ans entre deux journaux sportifs, le tout sur fond d'affaire Dreyfus.


Retour en arrière. En 1891 a lieu la première course cycliste Paris-Brest-Paris. Les coureurs parcourent près de 1 200 kilomètres sur un rythme effréné, sans marquer d'arrêt. Le créateur de cet événement sportif est bien connu du public : Pierre Giffard est un ancien journaliste du Figaro passé au Petit Journal . En décembre 1892, grâce au soutien de l'industrie et de quelques annonceurs, il crée Le Vélo , un journal qui trouve rapidement sa place dans l'essor général de la presse sportive.


Bientôt, la politique s'en mêle. Après la publication, en 1898, du « J'accuse » de Zola, Pierre Giffard s'engage dans le camp des dreyfusards. Certains actionnaires ne lui pardonnent pas cette prise de position. Parmi eux, le comte de Dion, patron d'une marque d'automobiles qui porte son nom accolé à celui d'un modeste mécano parisien, Georges Bouton.


Après avoir fait battre Giffard, candidat à une élection législative dans une circonscription normande, à Yvetot, le comte de Dion lance, en 1900, le premier numéro de L'Auto-Vélo , qui concurrence directement Le Vélo .


« Dire toute cette vie déjà meilleure, meilleure encore à mesure que le sport prendra plus d'extension, ne constitue-t-il pas le plus beau programme que puisse se proposer de suivre L'Auto-Vélo ? Mais plus vaste encore est le champ qu'il va semer, car il lui faudra dire aussi la conquête de l'activité humaine sur le temps, comment nous vivons plus vite et plus utilement vite, grâce à la bicyclette et à l'automobile, comment, au jour le jour, nous arriverons de plus en plus à gagner ce temps précieux qui est tout. »


L'ambition de L'Auto-Vélo est grande. Le comte de Dion a pris soin de placer à sa tête un homme de caractère, capable de rivaliser avec Pierre Giffard : Henri Desgrange, clerc de notaire à l'origine et sportif reconnu, premier détenteur du record de l'heure à vélo en 1893, est l'ancien chef de publicité des cycles Adolphe Clément. Il est assisté de Victor Goddet, avec lequel il dirige le Parc des Princes, créé en 1897.


Très vite, les deux hommes reprennent une idée de génie qu'a eue Géo Lefèvre, un des collaborateurs de L'Auto-Vélo rebaptisé L'Auto en janvier 1903 : organiser une course cycliste de plusieurs semaines à travers la France. Le défi paraît de taille. Fin mai 1903, le journal a enregistré un sérieux revers avec l'échec de la course Paris-Madrid, une des rencontres les plus meurtrières de l'histoire automobile. Il n'empêche : les rivalités commerciales entre titres et la concurrence acharnée que se livrent les fabricants de cycles vont favoriser la naissance du Tour de France.


Quels coureurs seront prêts à parcourir, pour 20 000 francs or, les 2 428 km reliant Paris à Paris via Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes ? Henri Desgrange, devant la lenteur des inscriptions, a réduit les frais d'engagement de 20 à 10 F, augmenté les primes finales et instauré une prime journalière... Ils seront finalement 60 à se présenter au départ, à Montgeron, devant le lieu-dit Le Réveil-Matin le 1er juillet 1903 à 15 h 16. La course doit durer dix-neuf jours, dont sept de repos.


Maurice Garin, le premier engagé, porte le prestigieux « numéro un ». Son palmarès est déjà éloquent, comportant notamment le Paris-Roubaix, le Paris-Brest-Paris et le Bordeaux-Paris. Il triomphe à Lyon, à Nantes et à l'arrivée de la course à Ville-d'Avray. Membre de l'équipe « La Française », il ouvre cette épopée des temps modernes que seuls 26 coureurs terminent.


Le succès du Tour de France est immédiat. Pour L'Auto en premier lieu. En juillet 1903, les ventes du journal s'envolent, pour dépasser les 100 000 exemplaires, contre 30 000 en 1902. Son concurrent Le Vélo ne tarde pas à mordre la poussière - Pierre Giffard finira par rejoindre la rédaction de L'Auto. Le Tour de France est lancé...


Pour lire l'article en intégralité :


Les forçats du Tour de France, par Jean-Luc Leboeuf et Yves Léonard, L'Histoire n° 277, juin 2003, p. 66.

 

Les forçats du Tour de France reprennent la route

Commenter cet article