Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


En compagnie de notre bibliophile, revivez le procès des brigands d’Orgères en 1800. Les détails donnés par l’auteur, un certain P. Leclair, ont séduit notre spécialiste des livres anciens ... d’autant plus que ce récit s’accompagne d’un dictionnaire d’argot pour comprendre le langage des voleurs ! Tremblez, bonnes gens !


Emission proposée par : Bertrand Galimard Flavigny

Référence : PAG238

Adresse directe du fichier MP3 :

http://www.canalacademie.com/emissions/pag238.mp3

Adresse de cet article :

http://www.canalacademie.com/ida1314-les-chauffeurs-d-Orgeres.html

Date de mise en ligne : 28 janvier 2007


Le procès des chauffeurs et assassins d’Orgères fut rapporté par un certain P. Leclair, dans un petit ouvrage paru, en 1800, à Chartres chez Lacombe, « imprimeur des tribunaux civils et de la police correctionnelle ». Ce récit est à la fois celui d’une aventure, d’une étude sociale, d’une traque policière et d’un traité lexical. Des ingrédients nombreux qui donnent à cet ouvrage un sel que beaucoup d’autres ne possèdent pas.


_ Quelques uns d’entre nous se souviennent peut-être de leur manuel d’histoire de France, dans lequel des vignettes montraient un malheureux fermier ligoté sur une chaise, tandis que d’affreux brigands poussaient ses pieds dans le feu de la cheminée pour lui faire avouer où il avait caché son magot ; d’où le nom de « chauffeurs » donné à ces malfrats. Aujourd’hui, on les appelle les saucissonneurs. Ils sont du même acabit. Ces chauffeurs-là sévissaient durant la période post-révolutionnaire sous le Directoire. L’une de ces bandes hantait la forêt d’Orgères près de Chartres. Il fallait en finir.

Richard, l’un des Cinq-Cents, s’exprimait alors en ces termes : « Des brigands, connus sous le nom de chauffeurs, désolent les campagnes et troublent la tranquillité publique. Ce ne sont point des malfaiteurs isolés que l’instinct du crime ou la soif des richesses, arment contre l’homme paisible. Ce sont des rassemblements conduits par des chefs formant une confédération formidable, qui entrent dans les maisons, s’emparent de tout ce qu’ils trouvent, forcent par des tourments inouïs les citoyens à leur découvrir ce qui échappe à leurs recherches, attaquent sur les routes les voitures publiques et les courriers, mutilent ou égorgent les malheureuses victimes livrées à leur férocité ». C’est à ce moment, que le Directoire fit appel à Fouché comme ministre de la police.

Curieusement, L’Histoire des brigands, chauffeurs et assassins d’Orgères par Leclair parut alors que le procès était en cours. L’ensemble des pièces du procès fut, en revanche, réuni et imprimé à Chartres chez Durand et Labalte, de 1800 à 1801, en 6 volumes, le dernier étant les Discours et Résumés dans l’affaire d’Orgères, instruite par-devant le Tribunal criminel d’Eure et Loir séant à Chartres, par G. Liandon, le président dudit tribunal. Ces publications concomitantes n’étaient, en fait, pas innocentes. Le Directoire confronté à ce phénomène de bandes organisées, souhaitait, certes, faire un exemple et surtout diffuser l’information grâce à un petit livre facile à distribuer, et qui frapperait les esprits.

Pour nous, aujourd’hui, la curiosité de cet ouvrage repose aussi sur le Dictionnaire d’Argot, ou langage des voleurs, placé à la fin de l’ouvrage par P. Leclair. Mais cela, nous l’évoquerons une autre fois. En attendant, sachons qu’Alexandre Dumas utilisa les chauffeurs dans Les Compagnons de Jéhu. Ecrit en 1857, le récit est placé au début du Consulat. Les héros leur reprochent de se faire passer pour des chouans, ce qui est effectivement survenu.

Bien plus tard, en 1900, Louis Boussenard (1847-1910), auteur de romans pour la jeunesse, notamment Le Tour du monde d’un gamin de Paris, s’inspira de cette affaire et composa La bande des chauffeurs ou les brigands d’Orgères, publié en 1900. Maurice Genevoix de l’Académie française, à son tour, utilisa ce récit qu’il inséra dans un recueil de chroniques et légendes, sous le titre de Beau François sorti chez Plon, en 1965. Donc, à suivre.

Les éditions La Bibliothèque viennent de rééditer l’ Histoire des brigands, chauffeurs et assassins d’Orgères, 140 p. 14 €.


En savoir plus sur :


- Toutes les émissions du bibliophile Bertrand Galimard Flavigny ici

- Retrouvez toutes nos émissions sur Maurice Genevoix de l’Académie française ici


Affaires criminelles - Criminalité (79)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article