http://ecx.images-amazon.com/images/I/510SAwGoVxL._SL500_AA300_.jpg"On ne naît pas femme, on le devient". Des leçons de broderie aux cours d'éducation sexuelle, le XXe siècle est porteur d'une évolution, à la fois spectaculaire et paradoxale, de l'éducation des filles, naviguant entre l'enseignement d'un éternel féminin et une émancipation durement conquise. Cet ouvrage richement illustré met en scène ce cheminement à travers 200 documents souvent inédits : journaux intimes, cahiers d'élèves, courrier du coeur... Les lectures destinées à apprendre aux petites filles leur place en société au début du siècle sont aussi édifiantes que l'enseignement du dévouement familial dans les années 1960. Fort heureusement l'engagement d'institutrices pionnières, les revendications de la jeunesse et la révolte de féministes enrayeront le dispositif éducatif, à l'école comme à la maison, pour fabriquer des épouses et des mères modèles.

 

Françoise Thébaud
Rebecca Rogers

ISBN : 2845973950
Éditeur : Textuel (2010)


 

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782847880939.jpgA partir d'exemples pris essentiellement en histoire contemporaine, l'auteur tente de faire comprendre les origines culturelles et politiques d'une histoire des femmes avant d'en présenter les développements. Avec des repères méthodologiques et une lecture critique de l'historiographie française comparée aux historiographies étrangères.

 

Les femmes ont-elles une histoire et comment l'écrire ? Qu'est-ce qu'une histoire du genre et quels sont ses apports ?

Bribes d'une thèse d'histoire culturelle, échappées d'egohistoire, manifeste de défense et illustration d'un champ de recherche, Écrire l'histoire des femmes et du genre est d'abord le récit d'une aventure intellectuelle qui mobilise depuis plus de trois décennies un nombre croissant d'historiens et d'historiennes, en France comme à l'étranger.

À partir d'exemples pris essentiellement en histoire contemporaine, cet ouvrage tente de faire comprendre les origines culturelles et politiques d'une histoire des femmes avant d'en présenter les développements - d'une histoire au féminin soucieuse d'émancipation et de remémoration à une histoire du genre, plus complexe et plus globalisante. Ce faisant, il pose des repères méthodologiques et propose une lecture critique de l'historiographie française, afin de jeter les bases d'une mémoire disciplinaire, d'alimenter un débat sur les modes d'approches et les axes de recherche, de suscite une confrontation fructueuse avec les historiographies étrangères.

 

Françoise Thébaud

Ecrire l'histoire des femmes et du genre.

2e édition revue et augmentée

Préf. d'Alain Corbin

ENS (EDITIONS)

Paru le     : 01/11/2007

 

 

Femmes dans les hôpitaux, femmes dans les usines, femmes sous l'uniforme... Les deux conflits mondiaux du XXe siècle auraient accéléré leur émancipation. C'est oublier que la guerre est, avant tout, violence. Et triomphe des mythes virils.


Le XXe apparaît comme le siècle de l'émancipation des femmes. La guerre a-t-elle été un des facteurs principaux de cette mutation ? Beaucoup le croient, qui invoquent les garçonnes* des années 1920, les bienfaits de l'État-Providence ou l'acquisition de la citoyenneté politique au lendemain du premier ou du deuxième conflit mondial.


Mais la réponse n'est pas évidente ; elle est surtout moins tranchée, comme le montrent les fluctuations de l'historiographie1. Aux tenants de la guerre émancipatrice, encore dominants au début des années 1970, de nombreuses historiennes ont opposé le [...]

Deuil, viols, combats... L'épreuve de la guerre

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog