Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Recherche sur la vie économique des pêcheurs et l'industrie de la pêche entre 1939 et 1945, cette étude questionne les ressources vivrières maritimes dans une économie de rationnement, la désorganisation relative aux combats et à l'occupation, pour comprendre la manière dont cette économie sans réel marché s'est adaptée.

Quatrième de couverture

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale La pêche en mer - toutes les pêches sauf la Grande pêche - perdure pendant la Seconde Guerre mondiale sur le littoral atlantique. Les pêches côtières connaissent même un réel renouveau : la flottille compte plus de bateaux et d'inscrits maritimes en 1943 qu'en 1938. Le conflit n'interrompt pas le nouvel élan amorcé en 1937, bien au contraire ; encouragée par les Allemands et les Vichystes, la pêche se maintient, les pêcheurs apprenant à composer avec les contraintes et les règles, quand ils ne les contournent pas. Longtemps considérée comme une activité secondaire, la pêche acquiert un nouveau statut dans l'économie de guerre alors que « la France a faim ». Dans un premier temps l'activité des saleurs, saurisseurs et conserveurs ne faiblit pas, elle est même d'autant plus protégée que l'Occupant en est le premier bénéficiaire. Mais les deux dernières années de guerre voient une forte diminution de la production halieutique liée aux difficultés d'approvisionnement en carburant et à la réglementation de plus en plus stricte des forces d'Occupation alors que font défaut des éléments essentiels du conditionnement des sardines et autres maquereaux, le fer blanc et l'huile. Les archives des quartiers de l'Inscription maritime, fonds d'une rare richesse, nous permettent de prendre conscience que toute la Bretagne a pêché jusqu'en 1943, avec le soutien de Vichy. Le livre de Jean-Christophe Fichou apporte des informations souvent ignorées pour n'avoir pas fait, jusqu'à ce jour, l'objet de publication.

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Auteur : Jean-Christophe Fichou

Éditeur : Presses universitaires de Rennes, Rennes

Collection : Histoire


Jean-Christophe Fichou

Agrégé d’histoire, docteur en géographie et en histoire, habilité à diriger des recherches, il travaille depuis de nombreuses années sur le patrimoine maritime des côtes de France. Il a été chercheur associé de l’UPRES-A, CRHISCO, université de Rennes II, du CERHIO-SOLITO de Lorient et est membre chercheur du CETMA, CNRS-MNHN (centre d’ethno-technologie en milieux aquatiques-muséum national d’histoire naturelle). Il est membre de la commission nationale pour la préservation des phares de France. Il est l’auteur de nombreux articles sur l’histoire de la signalisation maritime et a publié en 1999 avec N. Le Hénaff et X. Mével, Phares, histoire de la signalisation maritime des côtes de France à Douarnenez aux Éditions de l’Estran, ouvrage récompensé par le prix du salon maritime de Concarneau et par le prix de l’Académie de Marine. Il a également fait paraître aux presses universitaires de Rennes en 2002 un ouvrage sur les Gardiens de phares, 1798-1939 et a reçu en 2007 pour la seconde fois le prix de l’Académie de Marine pour son livre écrit avec F. Dreyer, L’Histoire de tous les phares de France, publié en 2005 à Rennes aux éditions Ouest-France. Quatre autres de ses ouvrages sont sous presse : La Flotte du service des phares. Douarnenez, Glénat - Chasse-Marée ; Les Conserveries de la Bretagne atlantique. Plomelin, les Éditions Palantines ; Les Pêches et les pêcheurs bretons pendant la seconde guerre mondiale et en collaboration avec P. Arzel, A. Geistdoerfer, O. Levasseur, J. Matras-Guin, Études anthropologiques et historiques des techniques des pêches maritimes, de l’Époque moderne à nos jours - Normandie, Bretagne, Vendée.

Articles :

Le chantier de la construction du phare d’Armen, 1867-1881  , dans LHA, n°16, Grands chantiers et matériaux, 2e semestre 2008

http://lha.enc.sorbonne.fr/personne491.html?&type=auteur

Commenter cet article