Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51JomtWEEUL._SL500_AA300_.jpgDocument 22/12/2012 - C'est sans doute le dernier secret de Kadhafi. Et le plus scandaleux. En novembre 2011, Annick Cojean publiait dans Le Monde un article terrifiant. Une jeune femme y racontait comment l'année de ses quinze ans, le Guide libyen la repérait dans son école, lui caressait les cheveux, et la désignait ainsi à ses gardes comme son esclave sexuelle à vie. Violée, battue, forcée par son maître à consommer avec lui alcool et cocaïne, et intégrée dans la troupe des «amazones», elle ne pourra s'échapper de cet enfer que peu avant la révolution. Une vie brisée.


Une seule ? Non, des centaines, sans doute plus. Mais le sujet, en Libye, reste totalement tabou.


Dans les coulisses d'une dictature, dans le lit d'un chef d'État drogué en permanence, tyran d'opérette mais vrai meurtrier, nous plongeons dans un système d'esclavagisme, entre corruption, terreur, viols, crimes. Un système aux complicités multiples, bien au-delà du seul territoire libyen.


Pour recueillir l'incroyable histoire de la jeune Soraya et d'autres femmes révoltées, Annick Cojean a mené secrètement l'enquête à Tripoli, cette prison à ciel ouvert

Grand reporter au journal Le Monde, présidente du jury du prix Albert Londres qu'elle a obtenu en 1996, Annick Cojean est l'une des meilleures signatures de la presse française. Elle est l'auteur de plusieurs livres dont FM, la folle histoire des radios libres, écrit avec Frank Eskenazi, et Retour sur images, chez Grasset.


  • La revue de presse Vincent Hugeux - L'Express, septembre 2012

 

Bien sûr, on s'en doutait un peu. On se disait que les harangues féministes de feu Mouammar Kadhafi, Guide déboussolé, sonnaient faux. Que le ballet de ses "amazones", anges gardiennes trop sculpturales sanglées dans des treillis trop chics, sentait la mascarade. D'autant que nul, parmi les vétérans de la Jamahiriya libyenne, n'ignorait la voracité sexuelle de l'arrogant Bédouin. Mais qui sut mesurer l'ampleur du mal et des crimes ? Là est le mérite premier d'Annick Cojean, grand reporter au Monde et auteur de cet effarant récit. Elle donne au fil des pages un nom, un visage et une voix à l'écrasante douleur des victimes.


  • Les courts extraits de livres : 22/12/2012

 

Extrait du prologue - Au tout début, il y a Soraya.


Soraya et ses yeux de crépuscule, ses lèvres boudeuses, et ses grands rires sonores. Soraya qui, avec fulgurance, passe du rire aux larmes, de l'exubérance à la mélancolie, d'une tendresse câline à la brutalité d'une écorchée. Soraya et son secret, sa douleur, sa révolte. Soraya et son histoire démente de petite fille joyeuse jetée entre les griffes d'un ogre.

C'est elle qui a déclenché ce livre.

Je l'ai rencontrée un de ces jours de liesse et de chaos qui ont suivi la capture et la mort du dictateur Mouammar Kadhafi en octobre 2011. J'étais à Tripoli pour le journal Le Monde. J'enquêtais sur le rôle des femmes dans la révolution. L'époque était fiévreuse, le sujet me passionnait.

Je n'étais pas une spécialiste de la Libye. C'est même la première fois que j'y débarquais, fascinée par le courage inouï dont avaient fait preuve les combattants pour renverser le tyran installé depuis quarante-deux ans, mais profondément intriguée par l'absence totale des femmes sur les films, photos et reportages parus les derniers mois. Les autres insurrections du printemps arabe et le vent d'espoir qui avait soufflé sur cette région du monde avaient révélé la force des Tunisiennes, omniprésentes dans le débat public ; le panache des Égyptiennes, manifestant, en courant tous les risques, sur la place Tahrir du Caire. Mais où étaient les Libyennes ? Qu'avaient-elles fait pendant la révolution ? L'avaient-elles espérée, amorcée, soutenue ? Pourquoi se cachaient-elles ? Ou, plus sûrement, pourquoi les cachait-on, dans ce pays si méconnu dont le leader bouffon avait confisqué l'image et fait de ses gardes du corps féminins - les fameuses amazones - l'étendard de sa propre révolution ?

Des collègues masculins qui avaient suivi la rébellion de Benghazi à Syrte m'avaient avoué n'avoir jamais croisé que quelques ombres furtives drapées dans des voiles noirs, les combattants libyens leur ayant systématiquement refusé l'accès à leurs mères, leurs épouses ou leurs soeurs. «Tu auras peut-être plus de chance !» m'avaient-ils dit, un brin goguenards, convaincus que l'Histoire, dans ce pays, n'est de toute façon jamais écrite par les femmes. Sur le premier point, ils n'avaient pas tort. Être une journaliste femme, dans les pays les plus fermés, présente le merveilleux avantage d'avoir accès à toute la société, et pas seulement à sa population masculine. Il m'avait donc suffi de quelques jours et d'une multitude de rencontres pour comprendre que le rôle des femmes, dans la révolution libyenne, n'avait pas seulement été important : il avait été crucial. Les femmes, me dit un chef rebelle, avaient constitué «l'arme secrète de la rébellion». Elles avaient encouragé, nourri, caché, véhiculé, soigné, équipé, renseigné les combattants. Elles avaient mobilisé de l'argent pour acheter des armes, espionné les forces kadhafistes au profit de l'OTAN, détourné des tonnes de médicaments, y compris dans l'hôpital dirigé par la fille adoptive de Mouammar Kadhafi (oui, celle qu'il avait - faussement - fait passer pour morte, après le bombardement américain de sa résidence en 1986). Elles avaient pris des risques fous : celui d'être arrêtées, torturées, et violées. Car le viol - considéré en Libye comme le crime des crimes - était pratique courante et fut décrété arme de guerre. Elles s'étaient engagées corps et âme dans cette révolution. Enragées, stupéfiantes, héroïques. «Il est vrai que les femmes, me dit l'une d'elles, avaient un compte personnel à régler avec le Colonel. »

 

Les proies : dans le harem de Kadhafi

Auteur : Annick Cojean

Date de saisie : 24/09/2012

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Grasset, Paris, France

Collection : Document

 

 

  1. "Pour Kadhafi, le viol était une arme de pouvoir" - LIBYE - FRANCE 24

    www.france24.com/.../20120920-libye-mouammar-ka...
    21 sept. 2012
    Annick Cojean, grand reporter au journal "Le Monde", a consigné leurs témoignages dans son livre "Les Proies ...
  2. Annick Cojean, auteur de "Les Proies : dans le harem de Kadhafi ...

    www.france24.com/.../20121011-lentretien-annick-coj...
    13 oct. 2012
    Elles ont été enlevées, battues et violées par le colonel Kadhafi. Annick Cojean, grand reporter au "Monde", a ...
  3. Autres vidéos pour .. Les proies : dans le harem de Kadhafi »

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg/220px-Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg

 

Lechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.

 

 

Les amazones du colonel kadhafi …

article - 24/02/11 - Les amazones du colonel Kadhafi … - Quand on est dictateur, il est de bon ton d'avoir une femme de dictateur qui soit à la hauteur de sa réputation. Et comme Kadhafi veut…

Commenter cet article