Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L’histoire de leur création est racontée sur ce site très complet.

 

www.parismetropolitaine.fr



http://www.historia.fr/sites/default/files/imagecache/article_web_image_paysage_full/content/image/paysage/page-daccueil-site-vingt-arron.pngEn 2010, Paris fêtait les 150 ans de ses vingt arrondissements. Un site garde la mémoire de cet anniversaire. Les quatre cartes visibles en page d’accueil permettent immédiatement de visualiser les changements successifs. Avant 1841, Paris compte une douzaine d’arrondissements, entourés par l’enceinte des Fermiers généraux. De 1841 à 1860, la « petite banlieue » qui entoure la capitale, au delà de ce mur, est elle-même cernée par les fortifications de Thiers. Sous le Second Empire, les territoires suburbains sont annexés et de 1860 aux années trente, les vingt arrondissements occupent leurs limites actuelles à l’exception du XIIe arrondissement qui absorbera le bois de Vincennes. La banlieue s’étend désormais au delà de l’enceinte, dans la « zone ». Cette muraille, flanquée de 94 bastions, voulue par Thiers et édifiée à partir de 1841 contourne l’espace urbanisé de 1840 et conserve des terres agricoles pour permettre aux Parisiens de survivre en cas de siège. Des clichés pris par le photographe Emile Atget en 1910  en montrent l’allure générale. A l’époque, le sort des communes périphériques intéresse peu la capitale. Certaines seront englobées dans la ligne de fortifications. D’autres en seront exclus de fait. Cette histoire passionnante est à lire sur ces pages illustrées de gravures et documents d’époque conservées au musée Carnavalet.


Le + : les chapitres historiques ; les cartes, photographies et documents en diaporama ; la bibliographie.
Le - : rien à dire.

 

Par Véronique Dumas

Les vingt arrondissements parisiens


Commenter cet article