Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.presseocean.fr/of-photos/2008/07/23/POLANN_1061943_1_apx_470__w_presseocean_.jpgDans le n° 7 de la revue de l'Association pour la recherche de la région ancenienne (Arra), Régine Fabien et Angria Fourrier-Dubart, posent la question : qui était Magda Fontanges ? « La maîtresse de Benito Mussolini, » selon Magda Fontanges elle-même.

Immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, la comédienne Arletty sort la tête haute de son procès et lance : « Si mon cœur est français, mon cul, lui, est international ». Elle était accusée d'avoir eu un officier allemand pour amant pendant l'Occupation.


Deux ans plus tard, en 1947, Madeleine Laferrière-Coraboeuf, alias Magda Fontanges, est condamnée à quinze ans de travaux forcés et vingt ans d'interdiction de séjour.


Elle est également frappée de l'indignité nationale à vie et la confiscation de tous ses biens est ordonnée par le tribunal militaire à Bordeaux.


Jet-set collaboratrice


Au cours du procès, pour sa défense, Magda Fontanges a tenté de se disculper en dévoilant les aventures qu'elle a eues avec des hauts fonctionnaires et des personnalités politiques français.

Italiens, Français, Allemands... Avant et pendant l'occupation, Magda Fontanges s'est bien moquée de la nationalité de ses amants, pourvu que leur pouvoir lui permette d'être au cœur de la jet-set collaboratrice.

Après-guerre, selon les services britanniques, « le nombre de renseignements fournis aux nazis par Magda Fontanges a été l'un des plus importants de toute l'Europe ».


Magda Fontanges, fille de Jean Coraboeuf, artiste graveur originaire de Pouillé-les-Côteaux, s'était déjà fait remarquer au début des années 30, lorsqu'elle avait vendu ses souvenirs à un journal américain sous le titre : « J'ai été la maîtresse de Mussolini ».


Fou de rage, le chef de file des fascistes italiens l'expulse du pays.


Au service des vainqueurs


http://arkheia-revue.org/local/cache-vignettes/L350xH503/gif_Magada-fontanges-94ec1.gifLa jeune femme imagine que l'expulsion vient de l'ambassadeur de France à Rome, le comte de Chambrun : en mars 1937, en gare du Nord à Paris, elle tire deux balles sur le comte de Chambrun. Le diplomate est légèrement blessé.


La guerre éclate, Magda Fontanges va donner toute la mesure de ses compétences. Ceux qui à la fin de l'occupation allemande saisissent ses documents chez son père ont pu lire : « Je suis au service des vainqueurs : les Allemands, mes amis, mes sauveurs ».


De 1940 à 1944, de Biarritz à Pouillé-les-Côteaux, en passant par Bruxelles, Marseille et Paris où elle est la maîtresse de « Monsieur Henri » alias Henri Lafont, de son vrai nom Henri Chamberlin, patron de la Gestapo au 93 de la rue Lauriston, elle renseigne les fascistes.


Suicide en 1960


En 1960, Madeleine Laferrière-Coraboeuf se suicide à Genève. Son corps est rapatrié à Pouillé-les-Côteaux en novembre.


Le « laissez-passer pour cadavre » qui a permis le transport de Magda Fontanges de Genève à Pouillé indique : « décédée par suite de maladie non-contagieuse ». La fin d'un parcours en forme de svastika nazie pour une femme qui, en 1925, était qualifiée de « femme au physique irrésistible »...

Pas grand-chose à voir avec Arletty qui, à la fin de sa vie, a déclaré : « La meilleure crème de beauté, c'est la bonne conscience ».


Les chercheurs anceniens retrouvent la maîtresse de Mussolini

Ancenis-Châteaubriant

mercredi 23 juillet 2008


Jean-Pascal Hamida

Revue Histoire et patrimoine du Pays d'Ancenis - n° 7

(1992).

 


Liens utiles sur le blog


Les comtesses de la Gestapo ...

Destin brisé de Mireille Balin, "la Marlen Dietrich française"

« mon coeur est français mais mon cul est international

Corinne luchaire, la belle interprète aux cheveux de lin …

Magda fontanges, « mata hari de pacotille » écrouée à Mauzac


 

Crédit photographique sur le blog


Madeleine Laferrière-Coraboeuf, alias Magda Fontanges : « Je suis au service des vainqueurs : les Allemands, mes amis, mes sauveurs... ».

Photo collection privée – Arra

http://www.presseocean.fr/of-photos/2008/07/23/POLANN_1061943_1_apx_470__w_presseocean_.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article