Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 


La figure la plus connue des internées de la prison pour femmes de Mauzac se nomme Madeleine Corabœuf, alias Magda Fontanges. Tour à tour comédienne, journaliste, espionne, aventurière… elle fut qualifiée par Libération de « Mata-Hari de pacotille ».

Magda Fontanges révèle sa liaison avec Mussolini dans le journal "Confessions" de juin 1937.Née le 10 mai 1905, Magda Fontanges est incarcérée à Mauzac le 5 juin 1948 et quitte l’établissement le 31 janvier 1951, pour la maison d’arrêt de Pau. Madeleine est la fille d’Antoinette Thévenin et du peintre Jean Corabœuf, grand prix de Rome en 1898.

Elle épouse à 17 ans un sous-préfet dont elle divorce deux ans plus tard. Sous le pseudonyme de Magda Fontanges, nom d’une des maîtresses de Louis XIV, elle débute une carrière de comédienne, puis se tourne vers le journalisme. En 1935, usant de ses charmes, elle obtient la correspondance romaine du journal Le Matin. L’année suivante, elle travaille pour le quotidien genevois La Liberté. À Rome, Magda réalise une interview du Duce qui en fait aussitôt sa favorite. Mussolini se lasse assez vite de cette femme fantasque et exclusive. Jalouse des nouvelles conquêtes féminines de son amant, Magda Fontanges vend à un journal américain ses souvenirs : « J’ai été la maîtresse de Mussolini ». Elle fait de même auprès de l’hebdomadaire Confessions (éditions des 1er, 8, 15 et 22 juin 1937). Furieux, le Duce fait expulser « la Fontanges » d’Italie. Convaincue que cette expulsion est le fait de l’ambassadeur de France, le Comte Charles de Chambrun, elle décide de se venger : le 17 mars 1937, en gare du Nord, elle tire sur lui à deux reprises, ne le blessant que très légèrement. Son avocat, Maître Floriot, obtient un an de prison avec sursis et cent francs d’amende ...

L'intégralité de cet article est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous

Magda Fontanges, « Mata Hari de pacotille » écrouée à Mauzac de 1948 à 1951


 Articles récents sur le blog de Jacky Tronel

Commenter cet article