Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/87/Women_in_Bathing_Suits_North_Africa_1944.gifDocument du 01/08/2001 - Caleçon long, une pièce, bikini, seins nus, nu intégral... Depuis le XVe siècle, les tenues balnéaires reflètent les mœurs de leur temps. Aujourd'hui, les inhibitions tombent. Attention au coup de chaud !


Les premiers habits de bain attestés, nous l'avons vu, sont les sous-vêtements, chemise pour les femmes, braies pour les hommes. Rares jusqu'au XVe siècle, ils ne sont imposés qu'au XVIe. Ainsi, en 1548, les autorités de Francfort demandent aux patrons " d'avertir leurs apprentis d'avoir pour se baigner à  revêtir leurs vêtements de dessous ". Ainsi naît le caleçon de bain, rendu obligatoire dans les piscines parisiennes du XVIIIe siècle.

Les femmes ont aussi connu le caleçon, grâce, dit-on, à  Catherine de Médicis. Mais il n'a guère de succès comme vêtement de dessous. Force leur est de se baigner en chemise : Rembrandt peint ainsi sa servante Hendrikje en 1655. Ce vêtement long et décent s'impose même aux hommes à  la cour de Louis XIV, et on le retrouvera longtemps encore dans les villes de cure. Maupassant se plaint de son incommodité quand il se rend aux bains de Loèche.


Un costume plus seyant devient alors nécessaire pour les dames. Fort heureusement, elles se sont peu à  peu mises à  la culotte au cours du XVIIIe siècle, pour la danse artistique par exemple : ce sera la base du costume de bain. Ainsi, la reine de Hollande, Hortense de Beauharnais, se fait-elle confectionner pour sa cure à  Dieppe, en 1812, une tunique et un pantalon en tricot couleur chocolat, une couleur adaptée à  l'humeur des curistes.


Pourtant, cacher la peau ne suffit pas à  la pudeur : au sortir de l'eau, le vêtement mouillé moule les formes, à  tel point que jusqu'en 1880, certaines femmes optent pour une " robe de bain " ! Les fabricants proposent alors des tissus si épais qu'alourdis d'eau, ils ne collent pas au corps, ou des ceintures spéciales qui, dénouées, éloignent le vêtement. Des baleines en jonc permettent même de se baigner en corset sans faire rouiller l'armature... Comment s'étonner que le naturisme apparaisse par réaction dans cette ambiance pudibonde ?


Le costume de bain, avec pantalon bouffant à  l'orientale, souvent doublé d'un jupon, et chemisier de fantaisie, gagne du terrain à  partir de 1860. Le scandale est grand, en 1890, quand il remonte jusqu'au genou ! Dix ans plus tard, apparaît le maillot une pièce : il est encore réservé aux sportives, qui ne l'adoptent qu'avec réserve. Anne Kellermann l'impose aux jeux Olympiques de Stockholm (1912) et il se généralise après la guerre. Le costume deux-pièces lui fait une concurrence timide à  partir de 1935.


La Seconde Guerre mondiale bouleverse à  nouveau les comportements : en 1946, Louis Réart crée le bikini. Le mot, déposé, rappelle l'explosion de la première bombe atomique sur l'atoll de Bikini : une femme ainsi (dé) vêtue fait sur les hommes l'effet d'une bombe. Et celle-ci éclate ! Aucun mannequin n'accepte de porter ces trois petits triangles qui remplacent les larges culottes et les soutiens-gorge en bandeau. Une danseuse nue pose pour la publicité. Et quel symbole d'affranchissement : le bikini doit pouvoir passer à  travers une alliance ! Il est aussitôt interdit en Espagne, en Italie, en Belgique et même sur certaines plages françaises.


D'Amérique vient ensuite, en 1964, la mode des seins nus. Mis à  part quelques baigneuses niçoises, en 1965, il faut attendre la libération des mœurs, après 1968, et les " opérations topless " entreprises à  Saint-Tropez durant les étés 1970-1971, pour que les plages apprivoisent peu à  peu le " monokini ".


La même évolution affecte le costume masculin. Depuis le Second Empire, il ressemble à  celui des femmes. Daumier se moque de ces caleçons longs et tricots de corps qui tentent de conserver au bourgeois à  la plage la dignité de ses vêtements citadins. Sa série des Baigneurs (1839-1842) montre encore les hommes en caleçons, ou nus. Dans les Croquis aquatiques (1853), ils portent désormais un costume complet. Pourtant, le maillot court, la nudité totale sont encore attestés : Renoir, en villégiature à  Guernesey, ne s'offusque pas d'y voir les garçons barboter nus au milieu de " petites miss " nullement effarouchées.


Le début du XXe siècle semble plus pudibond : en 1926, Kienné de Mongeot, pionnier du naturisme en France, est poursuivi pour s'être promené torse nu sur une plage publique. Mais l'exaltation de la vie au grand air et... le succès de Tarzan, en 1932, auront raison du sévère costume de bain : le maillot des sportifs s'impose lorsque les congés payés répandent de nouveaux nageurs sur les plages. Les fibres synthétiques, après 1945, permettent un slip de bain plus décent, qui ne colle pas au corps. Désormais, le bronzage est un signe de santé... et de vacances.

Le maillot de bain sous toutes les coutures

http://www.historia.fr/content/recherche/article?id=8517


Crédit photographique :

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/87/Women_in_Bathing_Suits_North_Africa_1944.gif

Commenter cet article