Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Il y a cinquante ans, le peuple algérien accédait à l’indépendance. En juillet 1962, les journées de liesse ne furent entachées d’aucune violence envers les Français encore présents. Sauf à Oran, où des dizaines de pieds-noirs furent tués par la foule. Depuis un demi-siècle, les principaux récits de ce massacre ignorent des témoignages essentiels.


par Aurel et Pierre Daum, janvier 2012 -  
Article complet en cliquant sur le lien ci-dessous

Oran, 5 juillet 1962... - Le Monde diplomatique

www.monde-diplomatique.fr/2012/01/AUREL/47166

En revanche, à l'évocation de la journée du 5 juillet 1962 à Oran, à laquelle il a participé, son regard se brouille. « Même si j'ai tout fait pour arrêter la tuerie, ...


 

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782847348996.jpgS'appuyant sur des archives et des témoignages, G. Zeller livre le récit des événements de la journée du 5 juillet 1962. Ce jour-là, alors que l'Algérie est officiellement indépendante, des centaines d'Européens sont massacrés alors que les forces militaires françaises ont pour ordre de ne pas intervenir.

 

« C'est un texte saisissant, à plus d'un titre. L'attitude si indifférente du général Katz ; les phrases glaçantes des pouvoirs publics en métropole et, en particulier, du général de Gaulle ; la passivité de la majorité des militaires français ; un sentiment général de honte et de douleur... Un massacre n'en efface pas un autre. Oran et ses atrocités ne sont pas exonérés par Alger et ses disparus. Tout doit être dit - même si cela prend cinquante ans. Le silence demeure une faute impardonnable. »

Philippe Labro

Le 5 juillet 1962, l'Algérie devient officiellement indépendante. Ce jour-là, à Oran, un massacre, expéditif, fulgurant même, a lieu. Pendant plusieurs heures, des Européens sont pourchassés à travers la ville par des soldats algériens et des civils en armes. Les forces de l'ordre françaises, fortes de 18 000 hommes, restent consignées dans leurs casernes, obéissant aux ordres du général Katz. Assassinats et enlèvements : près de 700 Européens sont victimes des tueurs. Les morts musulmans, victimes d'une épuration aussi sauvage que hâtive, n'ont jamais été décomptés avec rigueur.

S'appuyant sur une somme considérable de documents et de témoignages, Guillaume Zeller remet en perspective ce drame oublié qui permet de comprendre ce que fut la guerre d'Algérie dans sa complexité.

 

 

Oran, 5 juillet 1962 : un massacre oublié

Guillaume Zeller

préface de Philippe Labro
Tallandier , Paris
Parution :  mars 2012
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article