Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

UN FILM DE DOUGLAS SIRK

 


Conditions de visionnage :vu en dvd, tout en savourant un bon pot de glace Ben&Jerry's Cookie dough :p

http://idata.over-blog.com/2/43/67/20/doc12/paramatta_bagne_femmes.jpgLondres, 1846. Tout le monde se presse pour voir le show de l’insolente et belle Gloria Vane (Zarah Leander). Ses danses qui ne manquent pas de charme suscitent aussi bien l’euphorie que la haine (le puritanisme rode). Gloria vit une histoire d’amour intense avec Albert Finsbury (Willy Birgel), homme de très bonne réputation mais qui se retrouve criblé de dettes. Il demande alors à un riche ami de lui prêter 615 shillings mais ce dernier refuse de l’aider et lui accorde un prêt de 15 shillings ! Agacé, Finsbury falsifie son chèque et met un petit « 6 » juste devant le 15. Et il s’en va, promettant à Gloria qu’il reviendra dès que les choses se seront calmées. Malheureusement pour la belle, alors que son amant disparaît, il est identifié comme un imposteur et est sur le point de se faire accuser pour usage de faux. Gloria se sacrifiera pour lui en faisant croire que c’est elle qui a falsifié le chèque, espérant que la galanterie la sauvera. Mais son spectacle étant dans le collimateur des gens trop bien pensants, on saute sur l’occasion pour la condamner à 7 ans de prison. Bye Bye Londres, direction Paramatta, bagne des femmes. Les mois défilent et Gloria espèrent toujours que Finsbury viendra la sauver. Mais ce dernier vient d’être nommé capitaine et entreprend de refaire sa vie avec une jeune femme plus respectable. Pour sortir du bagne, Gloria n’a plus qu’une alternative : se marier. En effet, les détenues qui se marient sont instantanément relâchées. Et voilà qu’un gentil fermier, Henry Hoyer (Viktor Staal) s’éprend d’elle. La femme accepte le mariage mais compte bien fuir au plus vite pour retrouver le véritable amour de sa vie…


Paramatta, bagne de femmes est l’occasion pour Douglas Sirk de dresser à nouveau un magnifique portrait de femme et de gratifier Zarah Leander d’un de ses plus beaux rôles. Gloria Vane l’audacieuse danseuse ne devient plus qu’un simple matricule dans le bagne de Paramatta. La vie des détenues y est dure mais on note tout de même une certaine solidarité féminine dans l’épreuve. Alors que toutes les condamnées ne rêvent que de se marier pour s’échapper, Gloria attend que son prince vienne la délivrer. Le spectateur a une longueur d’avance sur elle, il suit l’évolution en parallèle du quotidien de Finsbury qui s’avère être assez lâche, luttant peu pour que la femme de sa vie soit libérée. Il ne découvrira d’ailleurs que tardivement le motif de son emprisonnement. Une fois de plus, il y a les nobles tout court qui ne sont guère sympathiques et les nobles de cœur qui sont montrés comme de malheureuses victimes du destin.



paramatta bagne sirk
 

Un beau noir et blanc, de nombreux plans sur le visage de Zarah Leander, quelques magnifiques passages chantés. Douglas Sirk délivre un mélo social guidé par la force et les faiblesses des sentiments. Il y a ceux qui s’unissent pour des raisons économiques ou pratiques (au bagne un homme voudra se marier avec une grosse car il est persuadé qu’elle sera assez robuste pour bien mener leur foyer) et il y a ceux qui croient à la passion. Ces derniers semblent voués à morfler : Gloria espère un homme qui ne fera que la décevoir de plus en plus et Henry, le gentil fermier qui vient à sa rescousse, paiera le prix de cette passion destructrice.


Que faut-il faire quand l’amour n’est plus là ? Se résoudre à se plier aux normes de la société ? A un moment, las de ses multiples déceptions, Gloria n’aura qu’une envie : retourner au bagne ! Avec beauté et simplicité, Douglas Sirk met en avant le destin sinistre de cette femme jadis libre vouée à décliner. Saisissant.


Film sorti en 1937

Disponible dans le coffret Douglas Sirk partie 3 aux éditions Carlotta.

2 05 /01 /2010 21:06

Paramatta, bagne de femmes : l'amour e(s)t la prison

Mardi 5 janvier 2010

http://www.tadahblog.com/article-paramatta-bagne-de-femmes-l-amour-e-s-t-la-prison-42390856.html


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article