Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://photo.lejdd.fr/media/images/archivesphotoscmc/societe/vidocq-bagnard-et-habile-transformiste/87852-1-fre-FR/Vidocq-bagnard-et-habile-transformiste_pics_500.jpgLa cavale des évadés de la maison d’arrêt de Moulins a tenu la France en haleine. Rétrospective des évasions célèbres, dont la plus connue est celle d’un héros de roman, Monte Cristo, rescapé du château d’If ci-contre.

La plus ancienne évasion rapportée par la chronique concerne celle de Demetrius Soter et remonte vers 165 avant notre ère. Envoyé en otage à Rome par son père Seleucus, le jeune Demetrius ayant appris, en captivité, que son cousin avait fait tuer son père et usurpé son trône, aurait profité d’un banquet et prétexté un malaise pour s’enfuir en Syrie afin de tuer l’assassin Antiochus. C’est du moins ce que nous rapporte l’historien grec Polybe. Une autre évasion fameuse est celle du général romain Marius, assigné en résidence surveillée par Sylla et qu’une foule de partisans aurait libéré en 88 av. JC, selon Plutarque.

Plus tard, l’histoire retiendra l’histoire d’Attale, contée par son oncle, Grégoire de Tours. Vendu comme esclave, ce jeune homme aurait échappé à sa condition de servitude en 533 sur intervention divine. Mais à y regarder de plus près, il semble bien que le brave Attale ait tout simplement volé les chevaux de son maître avant de prendre la poudre d’escampette.

Au Moyen Age, les récits de prisonniers recouvrant la liberté par la ruse abondent. Tel celui du jeune Richard de Normandie 942 séquestré par le roi carolingien Louis d’Outremer dont Guillaume de Jumièges raconte qu’il aurait feint la maladie pendant plusieurs jours jusqu’à ce que ses geôliers relâchent leur surveillance. Tel encore Jacques V d’Écosse qui, retenu captif du régent Jean d’Albany, s’évade en 1524 sous la livrée d’un valet. Walter Scott a consacré un chapitre à cette épisode dans sa romanesque histoire de l’Écosse.

Si l’évasion de l’artiste Benvenuto Cellini, emprisonné au château de Saint-Ange en 1537, nous est parvenue, c’est grâce au succès de ses Mémoires adaptés au cinéma par Méliès en 1904. François de Bourbon Vendôme s’enfuit en 1648, quant à lui, de son cachot de Vincennes de manière plus classique : en sciant ses barreaux et se laissant glisser jusque dans les douves du château par une corde. Mais celui que la rumeur présentait comme le père biologique de Louis XIV n’en devint pas moins le héros de nombreux livres par la suite. Et que dire de Casanova, fugitif de la prison des Plombs à Venise en 1755, de Vidocq qui de récidiviste devint ministre de l’Intérieur? ( en médaillon sur le blog).

Les évadés doivent leur célébrité à la littérature plus qu’à leur audace. Si Albertine Sarrazin n’avait pas écrit L’Astragale, qui se souviendrait qu’elle a fui la prison en sautant d’un mur en 1957?

Ils se sont fait la belle

Quoi de neuf soumis le 19/02/2009

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article