Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Audrey Salor

70 ans après l'arrestation de plus de 13.000 Juifs en région parisienne par la police française, Annette Wierviorka revient sur la relation complexe de la France avec ce passé. Interview.

 

Photo prise en 1942 de juifs internés dans le camp de Drancy après avoir transité par le stade du Vélodrome d'Hiver à Paris. Le 16 juillet 1942 et les jours suivants, près de 13.000 Juifs - dont 4.115 enfants - sont arrêtés à leur domicile à Paris et dans la région parisienne sous les ordres de René Bousquet, chef de la police de Vichy. (AFP)

Photo prise en 1942 de juifs internés dans le camp de Drancy après avoir transité par le stade du Vélodrome d'Hiver à Paris. Le 16 juillet 1942 et les jours suivants, près de 13.000 Juifs - dont 4.115 enfants - sont arrêtés à leur domicile à Paris et dans la région parisienne sous les ordres de René Bousquet, chef de la police de Vichy. (AFP)

 

Le 16 juillet 1942, 13.000 Juifs sont arrêtés à Paris avec la collaboration active de l'administration française. Il faudra toutefois attendre 1995 pour que le président Jacques Chirac reconnaisse la responsabilité de la France. 


Ce lundi 16 juillet, devant l'ancien camp de Drancy, se déroulent les cérémonies marquant les 70 ans de la Rafle du Vel' d'Hiv'. François Hollande participera à la commémoration de l'événement le 22 juillet. Et s'inscrira à son tour dans l'histoire complexe que la France entretient avec cette date et son passé vichyste. Eclairage avec l'historienne Annette Wieviorka.

 

Comment le nouveau président s’inscrira-t-il d’après vous dans l’histoire de la commémoration du Vel’ d’Hiv’ ? N’est-il pas, sur ce point, quelque peu handicapé par l’héritage de François Mitterrand ?


- Je ne le crois pas car je ne pense pas que la position de François Mitterrand sur ces questions soit un héritage : la différence de génération entre les deux hommes est importante. En 1997, Lionel Jospin, alors Premier ministre, a prononcé au Vél d'Hiv' un discours dans la lignée de celui de Chirac.

 

Voir la vidéo :

Commenter cet article