Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://histoireparis8.canalblog.com/images/Lebigre.jpgCe sont, au XVIIIe siècle, les réunions clandestines qui inquiètent les autorités.


Le 10 septembre 1737, Jean Delespinay, commissaire au Châtelet de Paris, se présente à 9 heures et demie du soir chez le sieur Chapelot, marchand de vin au lieu-dit La Râpée, près des chais de Bercy. Il a appris d'un de ses informateurs qu'une réunion de « freys-maçons » devait s'y tenir ce soir-là. En arrivant, il aperçoit une file de carrosses en stationnement, gardés par des laquais, et, devant la maison de Chapelot, « un très grand nombre de personnes, la plupart [avec] un tablier de peau blanche devant eux et un cordon de soie bleue qui passait dans le col, au bout duquel il y avait attachés, aux uns une équerre, aux autres une truelle, à d'autres un compas et autres outils servant à la maçonnerie » . A l'intérieur une longue table est dressée, garnie d'une cinquantaine de couverts. Le commissaire demande à Chapelot pourquoi « il recevait chez lui une pareille assemblée, contre les lois du royaume, les intentions du roi et les arrêts du Parlement » , et lui enjoint de lui décliner les noms et qualités de ses hôtes. Le cabaretier lui répond qu'il ne les connaît pas. Assigné à comparaître devant le tribunal de police du Châtelet, Chapelot est condamné par défaut à 1 000 livres d'amende et à la fermeture de son établissement pendant six mois. Le jugement, affiché en divers endroits de la ville et sur la porte de Chapelot, rappelle l'interdiction « à toutes personnes de tel état, qualité et condition qu'elles soient, de s'assembler ni de former aucune association sous quelque...

Réunion illicite au cabaret

Par Arlette Lebigre
publié dans L'Histoire n° 256 - 07/2001

 Acheter L'Histoire n° 256  +



Articles du même auteur

La révolution du divorce (rééd. du n° 63 p. 76-78)
Par LEBIGRE Arlette dans Les Collections de L'Histoire n°5 | p. 76 - 77 |  payant

Voir tous ses textes >>>

 

Commenter cet article