Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.herodote.net/_images/archeologie_sexearome.jpgLongtemps ignorée des analyses scientifiques, la sexualité à Rome est un sujet méconnu et entravée par de lourds clichés.


La faute résulte d’une importante iconographie illustrant le sexe masculin impudique et la sexualité débordante des Romains. Ces images révèlent la présence de corps enchevêtrés dans des positions que la morale moderne couvre du sceau du secret.


Les rares auteurs qui ont osé aborder le sujet ont souvent été victimes de leur ignorance ou de leur expérience vécue. Ainsi, ils n’hésitèrent pas à entretenir le mythe d’une sexualité sans tabou, emprunt de prostitution, de zoophilie, de scoptophilie, de pédophilie, d’homosexualité et de bestialité de groupe. Il est opportun de noter que votre auteur ne s’est pas intéressé à ce sujet par vice (!) mais en se penchant sur l’organisation d’une exposition consacrée à ces décors dits érotiques. Ces objets sont conservés à l’abri du regard des visiteurs dans une réserve fermée appelée les enfers des musées.


Or, cette iconographie singulière illustre Priape qui est le dieu le plus représenté du monde romain. Ce dieu de la fertilité de la nature et des hommes n’a aucun lien avec la prostitution.


Corrélativement, de nombreux décors de céramiques et de fresques révèlent l’intimité du couple.


L’ensemble de ces images semble exhorter à la luxure et au goût pour la licence.


Pourtant aujourd’hui, à l’obsession du «réalisme» succède une étape nouvelle avec la priorité donnée au «symbolique». Après avoir mené une étude scientifique sur l’ensemble des collections des musées européens l’auteur révèle de nouvelles positions jusqu’à présent inconnues.


L’interprétation de ces images nécessite de dresser le portrait d’une société en oubliant ses propres préjugés. Il faut aussi percevoir les nuances et les subtilités d’un sujet immatériel telle que la psychologie et la morale antique.


Si la libido ne laisse aucune trace archéologique, le droit et l’histoire révèlent les règles de la perversion.


Ainsi, la morale romaine s’est progressivement opposée à celle des Grecs afin de créer un modèle imposant un couple marital, hétérosexuel, à rapport procréatif.


Contrairement aux idées reçues, la sexualité demeure une affaire privée. Lorsque celle-ci devient publique, les contrevenants sont jetés à l’opprobre. L’amour n’est pas une affaire de goût, car il doit garantir le statut social. Ainsi, la loi, les règles, et les coutumes imposent à l’homme de rester le dominant. Son plaisir est chaste s’il l’impose par la volonté. Toutes soumissions de corps victime de plaisirs ou de cœur victime de sentiments condamnent le romain à perdre ses droits.


Les décors «érotiques» n’ont pas cette dimension à l’époque romaine. Ils revêtent une autre fonction, car ils exhortent par le biais de la caricature ou de la dénonciation à respecter la bonne moralité. C’est la raison pour laquelle, ces décors sont exposés sans vergogne aux yeux de tous et dans les meilleures maisons.


Cyril Dumas, directeur du musée Yves Brayer (Les Baux de Provence)

Pour aller plus loin

Pour poursuivre cette initiation, je vous invite à découvrir le numéro Dossiers d'Archéologie Hors Série avril-mai N°22 qui rassemble la première analyse pluridisciplinaire menée par les éminents spécialistes sur la question de la sexualité à Rome.


Sexe à Rome

Au-delà des idées reçues

(Dossiers d'Archéologie (Hors série, avril-mai 2012), 76 pages, 9 euros,  2012)


1-copie-21.jpgPour faciliter la recherche d'articles sur le blog de Philippe Poisson :

Cliquer sur le lien ci-dessous

poisson's timeline featuring updates and tweets. (timekiwi) 

timekiwi.com/philippepoisso

il y a 5 jours – I'm squeezing kiwis on @timekiwi. Here's my new timeline ... Le blog de Philippe Poisson (04  juin 2012 ). 1 843 047 pages vues à la date du 04 juin 2012.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe 06/06/2012 15:55

Bonjour,

Ce n'est pas une participation au sondage puisque je ne suis pas usager du site Criminocorpus ( très intéressant, je n'en doute pas, autant que le vôtre M. Poisson, simplement j'avoue n'avoir guère
le temps chaque jour de le consulter en plus du vôtre ).

Mais je me permets d'indiquer que le blog de la librairie jeunesse http://librairiesandales.hautetfort.com/ que je visite par ailleurs recommande, dans un article d'il y a quelques semaines,

http://librairiesandales.hautetfort.com/archive/2012/05/18/nouveautes-albums-documentaires.html#c7248782

le livre :

Mais que fait la police ?
Béatrice Nicodème ( auteur de polars jeunesse )
Charlotte Gastaut ( illustrations )
Gulf Stream, collection Et toc ! , mai 2012

http://www.amazon.fr/Mais-fait-police-B%C3%A9atrice-Nicod%C3%A8me/dp/2354881614/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1338988543&sr=8-1

C'est un abécédaire, selon le principe de cette collection, qui fait découvrir à des lecteurs adolescens des mots et notions du domaine de la police, de la justice, du crime, de la criminologie, de
la criminalistique, de la police scientifique.

L'un des articles que vous avez mis en ligne l'autre jour parlait de phrénologie :

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-history-of-physiognomy-physiognomonie-et-criminalite-de-la-phrenologie-au-criminel-ne-106321675.html

Le livre de Béatrice Nicodème a une entrée pour le mot phrénologie ( étude des bosses, interprétation de la personnalité d'un individu à partir de la forme et de la dimension des bosses sur son
crâne ).
Avec mention de son inventeur en 1810, l'anatomiste allemand Franz Joseph Gall ( 1758 - 1828 ).
Mais aussi l'indication que les recherches plus récentes ont montré que cette science n'était pas fiable.

A la fin du livre, rubrique " Pour aller plus loin " .

Livres

Films, séries

Visites
( Musée de la préfecture de police, Catacombes de Paris, Musée des Sciences naturelles, Bilipo - Bibliothèque des littératures policières, Institut médico-légal de Paris ).

Internet

Le site www.criminocorpus.cnrs.fr que vous animez, M. Renneville, y est mentionné.
Votre phrase de présentation est citée :
" Portail sur l'histoire de la justice, des crimes et des peines "

Formations, écoles

Ex. :

Institut national de la police scientifique, Service central des laboratoires
Ecully ( 69 )

Cordialement

06/06/2012 19:47



Laissé par : Philippe aujourd'hui à 15h55