Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commenter cet article

Philippe 05/02/2013 01:16

Bonjour M. Poisson,

A propos de la chanson Strange fruit de Billie Holiday.

Voici, sur le site www.executedtoday.com , un article sur le principal lynchage qui a inspiré le poème d'Abel Meeropol qui a été chanté par Billie Holliday.

http://www.executedtoday.com/2011/08/07/1930-thomas-shipp-and-abram-smith-strange-fruit/

J'ai aussi vu en librairie un roman jeunesse :

L'arbre aux fruits amers
Isabelle Wlodarczyk
Oskar, 9 novembre 2012

http://www.amazon.fr/Larbre-fruits-amers-Isabelle-Wlodarczyk/dp/2350009734/ref=ntt_at_ep_dpt_3

Thomas Shipp et Abram Smith sont deux afro-américains qui furent lynchés le 7 août 1930 à Marion dans l'Indiana. Ils avaient été arrêtés la nuit d'avant, accusés d'avoir volé et assassiné un
ouvrier blanc et violé sa petite amie. Une grande foule a pénétré par effraction dans la prison à
l'aide de masses et a battu les deux hommes avant de les pendre à un arbre. Les officiers de police présents dans la foule participèrent au lynchage. Un troisième homme, James Cameron, âgé alors de
16 ans, réussit à s'échapper.

Laurent Beitler a photographié les corps pendant de l'arbre, entouré par la foule. Cette histoire dramatique a inspiré le poète Abel Meeropool qui écrivit en 1937 Strange fruit (Les fruits amers),
magnifique poème chanté plus tard par la chanteuse afro-américaine Billie Holiday. Ce poème est connu dans le monde entier et est étudié au collège.

Il y a aussi le livre :

Strange fruit : La biographie d'une chanson
David Margolick , Michèle Valencia ( traduction )
Allia, 21 mai 2009

http://www.amazon.fr/Strange-fruit-biographie-dune-chanson/dp/2844853161/ref=ntt_at_ep_dpt_1

"Strange fruit" a été écrite vers 1937-1938 par Lewis Allan, alias Abel Meeropol, enseignant de gauche, auteur-compositeur de nombreuse ballades engagées et connu dans l’histoire comme l’homme qui
recueillit et adopta les deux orphelins Rosenberg après l’exécution de leurs parents en 1953. Ce texte présente une terrible dénonciation de la pratique du lynchage qui constituait un élément
essentiel de la vie des Noirs aux États-Unis entre la fin de la Reconstruction (1877) jusqu’au début du mouvement des droits civiques. Avant de s’attacher à l’interprète mythique de la chanson,
Billie Holiday, l’auteur évoque brièvement la scène new-yorkaise de la fin du New-Deal avec son activisme tous azimuts et notamment le " Café Society ", lieu radical où se retrouvaient des
intellectuels et artistes Noirs et Blancs. C’est là que Billie Holiday inscrivit à son répertoire cette chanson qui devint une " signature song ", celle sur laquelle elle clôturait ses tours de
chant et qu’elle ne chantait que dans un silence total. La figure de Lady Day est évoquée à travers les légendes nombreuses et contradictoires qui l’entourent. "Strange fruit" a été écrite vers
1937-1938 par Lewis Allan, alias Abel Meeropol, enseignant de gauche, auteur-compositeur de nombreuses ballades engagées et connu dans l’histoire comme l’homme qui recueillit et adopta les deux
orphelins Rosenberg après l’exécution de leurs parents en 1953. Ce texte présente une terrible dénonciation de l’horreur du lynchage, terrible fléau qui constituait un élément essentiel de la
condition tragique faite aux Noirs aux États-Unis entre la fin de la Reconstruction (1877) jusqu’au début du mouvement des droits civiques. Avant de s’attacher à l’interprète mythique de la
chanson, Billie Holiday, l’auteur évoque brièvement la scène new-yorkaise de la fin du New-Deal avec son activisme tous azimuts et notamment le "Café Society", lieu radical où se retrouvaient des
intellectuels et artistes Noirs et Blancs. C’est là que Billie Holiday inscrivit à son répertoire cette chanson qui devint une "signature song", celle sur laquelle elle clôturait ses tours de chant
et qu’elle ne chantait que dans un silence total. La figure de Lady Day est évoquée à travers les légendes nombreuses et contradictoires qui l’entourent. Entretien avec Jean-Claude Zylberstein,
directeur littéraire de 10/18.

Revue de presse
David Margolick, amateur éclairé précis, voire maniaque, consacre cet ouvrage à la chanson Strange Fruit et en filigrane à Billie Holiday. Il a rassemblé de nombreux témoignages et tente de
démontrer que Strange Fruit, en illustrant parfaitement les lynchages racistes pratiqués dans le Sud des Etats-Unis, est devenue et restée une arme-chanson. Billie Holiday est reconnue (à raison)
comme la meilleure interprète de ce thème qu’elle a fait sien. Ainsi, l’histoire du thème rejoint souvent celle de la diva du jazz. Le parti pris est flagrant : elle seule était habilitée à chanter
cette chanson et les témoignages convergent tous en ce sens. Petite histoire d’une chanson sentant le soufre, histoire du jazz et histoire de l’esclavage, difficile de faire le tri. Le voile
méritait donc d’être levé.--Matthieu Jouan-- -- Urbuz.com --

Présentation de l'éditeur
C'était l'époque où un Noir disait mon cul à un public blanc et le montrait.

Cordialement

05/02/2013 08:27



Laissé par : Philippe aujourd'hui à 01h16