Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/06/9782902685806FS.gifLes présentations des éditeurs : 28/06/2011 - Longtemps déconsidérées, les justices seigneuriales se voient depuis quelques années réhabilitées par des historiens confrontés à la complexité des sources qu'elles ont produites. La présente édition, consacrée à un registre de la haute justice d'Elbeuf, entend faciliter l'approche d'un document utile à l'histoire de la justice bien sûr, mais aussi à celle de l'économie et des mentalités. Les règlements de conflits comme les actes de juridiction gracieuse révèlent en effet certains aspects de la vie quotidienne de justiciables que leur conception de l'honneur et la gestion de leurs biens amènent régulièrement devant le vicomte. L'action de ce dernier apparaît en filigrane : soucieux qu'il est de faire respecter l'institution judiciaire comme de favoriser l'apaisement, il se fait tantôt juge, tantôt conciliateur...

L'arbitrage est en effet omniprésent dans cette société dont les réseaux familiaux, professionnels, amicaux ou encore de voisinage sont sans cesse ravivés par la nécessité de l'entraide. Les préoccupations matérielles et relationnelles se mêlent ainsi étroitement lors des inventaires après décès, lors des élections de tuteurs d'enfants mineurs ou encore lors de l'accès à la maîtrise d'un apprenti... et les règlements de conflits révèlent souvent eux-aussi l'étroitesse de la frontière entre concorde et discorde et les nombreux passages d'un type de relation à l'autre.

Une présentation du manuscrit et de son contexte de production, de même qu'un index des noms propres accompagné d'un index-glossaire des noms communs, permettent de se repérer plus facilement dans le fourmillement d'informations offertes par ce document précieux.

Adrien Dubois est chercheur associé au Centre Michel de Boüard, Université de Caen-Basse-Normandie. Il travaille sur l'histoire de la justice médiévale en Normandie et en particulier sur la haute justice d'Elbeuf.


Les courts extraits de livres : 28/06/2011


Extrait de la présentation - L'intérêt des sources judiciaires pour la compréhension des sociétés n'est plus à démontrer. Passées les grandes études devenues classiques sur le crime et sur la justice royale, l'historiographie récente s'est particulièrement tournée vers les justices subalternes et vers les justices seigneuriales : la «petite déliquance», l'infrajudiciaire semblent désormais attirer davantage le regard des historiens. Pourtant, et nombre d'entre eux l'ont déjà signalé, la publication des sources utiles à ce renouveau est encore en grande partie à faire malgré des exceptions notables, en particulier l'édition par Marie-Claire Chavarot d'un registre de la justice de Choisy-le-Temple. Et ce pour plusieurs raisons.

C'est que les registres des justices seigneuriales sont, selon les mots d'Olivier Guyotjeannin, «rares et bien cachés, ardus à déchiffrer, stéréotypés et, surtout, difficiles à manier (sécheresse des mentions, difficulté à suivre les affaires, renvoyées, abandonnées, montées en appel [...])». La Normandie, et particulièrement la Haute-Normandie, recèle pourtant encore quelques fonds assez mal connus, dont le plus prolixe est celui d'Elbeuf. On trouvera ci-dessous la liste des registres médiévaux de ce fonds conservé aux Archives départementales de la Seine-Maritime.

(...)
Cette fois, c'est peut-être aussi le nombre qui a découragé l'édition : on aimerait en effet disposer de l'ensemble de ces quatorze registres pour tenter des approches statistiques. Il s'agissait de faire un choix : par quel registre commencer ? Il a paru judicieux de proposer l'édition d'un registre de vicomte qui pourrait être complété ultérieurement d'un registre d'assise. En effet, les critères qui amènent à traiter devant le bailli ou son lieutenant (assises tenues à Elbeuf tous les mois) ou bien devant le vicomte ou son lieutenant (vicomtes à Elbeuf, plaids à Boissey-le-Châtel et à La Haye-du-Theil, qui avaient lieu tous les quinze jours, d'où la tenue de trois registres simultanément) ne sont pas évidents. Caroline Lelong, dont le mémoire de maîtrise porte sur le fonctionnement de la haute justice d'Elbeuf, estime que les assises examinaient les appels provenant de la vicomté et les procès impliquant des nobles. Peut-être faudrait-il y ajouter un certain critère de «gravité» des affaires évoquées ; il semble bien effectivement que les assises traitent les affaires criminelles, comme en témoigne la mention dans un registre de vicomte d'une « plainte aportee a justice par Jehan Morin », plainte qui, «après ce que icelui Morin oit desclaré qu'il soutenoit sadite plainte comme criminelle», est renvoyée en assise. Cependant, il est bien entendu impossible d'y reconnaître la distinction entre civil et criminel dans le sens où nous l'entendons aujourd'hui : si Jehan Morin prétend comparaître au criminel, c'est visiblement parce que la tentative de vol dont il a été victime s'est produite de nuit, signe, dans les esprits médiévaux, d'une intentionnalité et d'une préméditation que l'on paraît rarement soupçonner le jour... Là encore, seule la poursuite des travaux sur le fonctionnement des justices seigneuriales peut éclaircir ces questions. Quoi qu'il en soit, le registre le plus ancien des causes évoquées en vicomte dont les appels en assise peuvent être connus s'est avéré être celui conservé aux Archives départementales de la Seine-Maritime sous la cote 52 BP 5, qui couvre les années 1470-1472.

 

Le courrier des auteurs : 28/06/2011

  1. Qui êtes-vous ? !
    Chercheur en histoire médiévale spécialisé en histoire de la justice et histoire des genres sexués, passionné de loutres et de canards.

    2) Quel est le thème central de ce livre ?
    La compréhension du document complexe et passionnant que constitue un registre de justice médiévale.

    3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
    "Guillaume Paulles fist amende d'une clameur de haro sur luy faicte par Pernot Bonamy pour ce qu'il luy avoit donné ung coup de boulle par les ganbes".

    4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
    Probablement African Reggae interprété par un ménestrel

    5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
    Un verre pour en discuter.

 

Un registre de la vicomté d'Elbeuf (1470-1472)

Auteur : Adrien Dubois

Préface : Olivier Guyotjeannin

Date de saisie : 27/06/2011

Genre : Droit

Éditeur : Publications du CRAHM, Caen, France

 

Commenter cet article