Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

L'auteur évoque sa déportation à Auschwitz, dont le souvenir resurgit brutalement chaque année à la date anniversaire de la libération du camp : la peur, l'angoisse, la souffrance, puis sa libération et les jours qui ont suivi.

Déporté au camp d'Auschwitz en août 1944, à l'âge de vingt et un ans, Joseph Bialot a attendu près de soixante ans pour livrer son témoignage sur cette période.

Sobrement, il restitue ici le vécu concentrationnaire et s'efforce de traduire la «mort intérieure», le deuil de soi-même qui en résulte. Cherchant à comprendre les rouages de l'organisation des camps, il décrit les comportements des différentes communautés de déportés et de leurs bourreaux. Et ranime le souvenir inoubliable de quelques héros anonymes, capables de puiser au plus profond d'eux-mêmes la volonté de demeurer humains face à l'innommable.

«L'ouvrage de M. Bialot se range dans une bibliothèque où figurent déjà Primo Levi, Robert Antelme, Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle et Jorge Semprun.»

Angelo Rinaldi.

C'est en hiver que les jours rallongent - FilmsDocumentaires.com

"Votre fumée montera vers le ciel" : Mort de l'écrivain Joseph Bialot

      Famille : Histoire thèmes et grandes périodes     Sous famille : XXème siècle     Sous sous famille : Nazisme et shoah      Reliure : Broché     Page : 280 p

Famille : Histoire thèmes et grandes périodes Sous famille : XXème siècle Sous sous famille : Nazisme et shoah Reliure : Broché Page : 280 p

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article