Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

31/05/2012 - Allemagne nazie, début 1938... Elyane Steiner a vingt-six ans. Quelques années plus tôt, elle a épousé Eran, un Juif allemand dont elle est éperdument amoureuse. Afin de lui permettre d'échapper aux persécutions, elle sacrifie les trois quarts de sa fortune pour émigrer vers l'Argentine. Mais Eran a un gros défaut : il est infidèle. Lorsqu'un Français séduisant, rencontré sur le bateau, lui propose de l'épouser si elle divorce, elle refuse. Mais les frasques d'Eran finissent par l'exaspérer, et elle accepte de tout perdre pour rejoindre un homme dont elle sait peu de chose. Elle revient donc en France. Mais la guerre menace... Ce roman n'est pas une oeuvre d'imagination. Il reflète l'histoire d'une femme exceptionnelle, ayant réellement vécu les événements décrits dans ce récit, qui confirme une fois de plus que, bien souvent, la réalité dépasse la fiction.

Bernard Simonay - Ses romans mêlant aventure et histoire tels Les Tigres de Tasmanie, La Dame d'Australie, Princesse maorie, mais aussi, dans la collection Terres de France, La Fille de la pierre et La Louve de Cornouaille, ont valu à Bernard Simonay un succès critique et public.

31/05/2012

Extrait du prologue - Paris, 16 juillet 1942

II faut aussi balayer les juifs, pour que notre maison soit propre...
Texte d'une affiche antisémite éditée par le régime de Vichy

Depuis quelques jours, une angoisse sournoise m'avait envahie, sans que je puisse expliquer pourquoi. Comme si quelque chose de terrifiant se préparait dans l'ombre. Il n'y avait pourtant aucune raison particulière de m'inquiéter. Pas plus que d'habitude. La vie à Paris sous l'Occupation comportait des dangers pour moi. Je le savais et l'acceptais. J'avais fui le régime nazi et je portais un nom juif, même si celui-ci ne figurait nulle part sur le passeport français que j'avais fait établir pour quitter mon premier mari, resté en Argentine. Mais, avec le temps, je m'étais accoutumée à cette crainte permanente.
Paul m'avait toujours protégée avec vigilance. Près de lui, je me sentais en sécurité. Il veillait sur moi comme je veillais sur lui. Les temps étaient troublés, insensés, violents, sournois. Mais nous étions tous les deux. Et toujours nous avions su faire face. Nous menions une vie calme, loin des fureurs du monde, au coeur d'un pays occupé, hanté par des soldats en armes et des gendarmes français aux ordres d'un gouvernement collaborationniste. Depuis trois ans. Pourquoi ce 16 juillet 1942 y changerait-il quelque chose ?

Je m'appelle Elyane Steiner. Steiner est mon nom de jeune fille. Mon premier mari m'avait donné celui de Rozenberg. J'avais été fière de le porter, autrefois. Pourtant, je l'avais abandonné en quittant un mari qui m'avait trompée et bafouée au-delà du supportable.

J'étais arrivée à Paris à l'été 1938. Par amour. La guerre n'était pas encore déclarée. En France, j'avais trouvé à la fois le paradis et l'enfer. Le paradis, parce que j'étais avec Paul. L'enfer, parce que j'avais assisté, impuissante, à l'enchaînement inéluctable des événements qui avaient conduit au conflit mondial. J'avais suivi avec anxiété l'inexorable montée des périls, puis l'invasion de la France par l'Allemagne, la fuite vers Tours, puis Bordeaux, du gouvernement, les bombardements. La terreur engendrée par les sifflements des obus m'avait broyé le coeur. J'avais écouté en tremblant, blottie contre Paul, le bourdonnement angoissant des avions, le fracas formidable des explosions dont la prochaine, peut-être, allait nous déchiqueter. J'avais vécu la terrible incertitude d'être encore en vie le matin suivant, sans pouvoir rien faire d'autre qu'attendre, et attendre encore, chaque seconde étant une petite victoire sur la mort, sur l'anéantissement.

  Auteur : Bernard Simonay  Date de saisie : 31/05/2012  Genre : Romans et nouvelles - français  Editeur : Presses de la Cité, Paris, France

Auteur : Bernard Simonay Date de saisie : 31/05/2012 Genre : Romans et nouvelles - français Editeur : Presses de la Cité, Paris, France

Commenter cet article