Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

La spécialité de fusilier est une des plus anciennes de la marine de guerre. Dans les siècles passés, sur les vaisseaux du roi, il y a toujours eu des formations spécialisées pour le service de la mousqueterie, véritables ancêtres de nos fusiliers marins. La première organisation sérieuse a été l’œuvre de Richelieu qui, en 1627, a créé le Régiment de la Marine destiné à donner aux navires des troupes capables de combattre sur mer ou sur terre, encadrées par les officiers des vaisseaux. Ces troupes n'étaient pas simplement passagères: elles faisaient partie des équipages des bâtiments et concouraient à la manœuvre des voiles, principalement des voiles basses, les manœuvres hautes étant réservées aux gabiers.

Ces formations existèrent sous divers noms jusqu'au début du XIX siècle, mais en 1825, elles furent dissoutes par une ordonnance royale, qui décréta que les compagnies de débarquement seraient uniquement composées de marins de l'équipage, encadrés par les officiers du navire.

On sentit bien vite qu'il manquait à ces compagnies du personnel spécialisé dans le combat à terre : aussi, le 5 juin 1856, un décret impérial créait la spécialité de marin fusilier dont la formation fut assurée au sein d'un bataillon organisé à Lorient. Ce corps spécialisé, auquel étaient confiées les fonctions importantes de la capitainerie d'armes des bâtiments de la Flotte, en même temps que l'instruction et l'encadrement des corps de débarquement, est l'ancêtre direct des fusiliers actuels.

Depuis cette date, tant dans les campagnes coloniales de la fin du XIX siècle, en Chine, en Cochinchine, au Tonkin, à Madagascar, qu'en métropole lors des guerres mondiales, les fusiliers marins ont prouvé, aux côtés de leurs camarades de toutes les spécialités, leur vaillance et leur héroïsme.

Pendant la guerre de 1870-1871, après les désastres subis par les armées du Second Empire, des brigades de marins fusiliers et canonniers se sont couvertes de gloire, principalement à Bapaume et au Bourget.

La guerre de 1914-1918 allait exalter aux yeux de tous la renommée des fusiliers marins. Leurs faits d'armes à Dixmude, sur l'Yser, à Longewaede, Hailles et Laffaux, sont encore dans toutes les mémoires. Leur drapeau fut décoré de la Légion d'honneur, et ils se virent attribuer le droit au port de la fourragère rouge.

Cette fourragère est portée depuis à l'école des fusiliers marins, en hommage à l'héroïsme des anciens de la grande guerre.

De 1939 à 1945, nouvelle guerre, nouveaux exploits. Marins de la défense de Dunkerque, de Cherbourg, de Lorient, fusiliers du 1er RFM, héritier du drapeau, à Bir Hakeim, en Italie, dans les Vosges et sur le Rhin, équipages des chars du régiment blindé de la fameuse division Leclerc, à Paris, Dompaire, Baccarat et Strasbourg, hommes des commandos à Dieppe, Ouistreham et Flessingue, partout les fusiliers marins ont perpétué la tradition.

Les faits d'armes de cette période valurent au 1er RFM la croix de la Libération, la médaille de la résistance française et la médaille coloniale.

Les citations acquises par la Brigade marine d'Extrême-Orient (B.M.E.O.), par l'escadron de tradition du 1er R.F.M., par le R.B.F.M., par les commandos de la marine, les divisions navales d'assaut et les flottilles amphibies en Indochine prouvent que cette tradition s'est poursuivi. À la DBFM et au groupement de commandos de la Marine, les fusiliers marins engagés dans les opérations d'Algérie ont ajouté à un passé déjà glorieux de nouvelles pages d'héroïsme et de sacrifice.

Ainsi s'est justifiée au fil du temps l'existence dans la marine française des fusiliers marins dont Richelieu fut le premier organisateur.

Sources : © Marine nationale

Historique des fusiliers marins - Ministère de la Défense
Marche des fusiliers marins (French marines march) - YouTube

La féminisation des armées.

Quand les femmes deviennent soldats...

La Gendarmerie de l'Air

Auxiliaires féminines de l'armée de l'air, engagées volontaires pour combattre aux côtés des F.F.L

La place des femmes au sein de l’armée depuis 1938.

Sous-officier féminin de la Marine Nationale (1975)

Le Service De Sante Des Armées ; La face cachée ...

Statuts des femmes combattantes, 1939-1945

L’EIPMF (École Interarmées du Personnel Militaire Féminin) à Caen ...

Les services féminins dans les armées - Repères historiques

Gendarmerie de l’Air - Repères historiques

« Le travail pour loi, l'honneur comme guide. » - L’école militaire interarmes (EMIA)

Historique des unités de gendarmerie

La marine nationale au féminin de 1943 à nos jours

Élisabeth Boselli première femme pilote de chasse de l'Armée de l'Air

L’EPFAT (École du Personnel Féminin de l’Armée de Terre) à Dieppe

Une femme sur l’eau ...

Les Femmes dans la marine nationale française de 1942 à 1956

Saint-Cyr. - L'école spéciale militaire

« S'élever par l'effort » - Saint-Maixent - L’École, maison mère des sous-officiers

Saint-Maixent-L'Ecole, maison mère des sous-officiers

Les petites élèves sous-officiers de Saint-Maixent

La spécialité de fusilier marin : une des plus anciennes de la marine de guerre

Commenter cet article