Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Ce jardin remarquable se trouve à l'ombre de l'église Notre-Dame. Et cette indication est d'importance, car bien des Lot-et-Garonnais ignorent que le cloître de Marmande a obtenu ce titre en 2007. Ce jardin surprenant, étonnant, impressionnant est situé au cœur de la ville. Ce sont les édiles locaux qui - en 1953 - ont souhaité transformer le cloître accolé au flanc sud de l'église en un jardin classique d'art topiaire. Il fallait oser vouloir ainsi faire revivre cet art apprécié des Grecs et des Latins qui consiste à tailler ifs et buis afin de les transformer en pyramides, cônes, sphères. Il a fallu attendre 6 ans pour réaliser ce travail magnifique. Les architectes se sont inspirés des jardins réalisés au château de Langeais, les concepteurs les ont réalisés. On admire aujourd'hui des jardins à la française, au plan géométrique régulier, aux proportions harmonieuses, où sont dessinés des massifs dont la bordure extérieure est formée de buis (buxus sempervirens). C'est une autre sorte de buis (buxus microphylla) qui y dessine d'élégantes broderies, les ifs quant à eux sont taillés en boule, en cône, en pyramide. Au centre de cet aménagement : un bassin central quadrilobé. L'eau symbolise la fraîcheur, le calme, la paix. C'est un clin d'œil aux fenêtres gothiques de la nef dont il reprend les motifs. Des murs de charmille reprennent le dessin des galeries du cloître. On a procédé avec un soin immense au choix des arbres qui ont été plantés. Les arbres d'alignement sont des tilleuls, des tulipiers de Virginie et des charmes. Et pour mieux faire chanter, tous ces verts des annuelles tabacs d'ornementation, giroflées et autres mufliers apportent leurs couleurs.

La galerie d'art sacrée

La galerie d'art sacré se trouve dans l'ancienne bibliothèque paroissiale. Objets et mobiliers religieux datent pratiquement tous du XIXe siècle. A la Révolution, les biens de l'Eglise furent nationalisés. Différents décrets furent pris par la suite : il fallait soutenir l'effort de guerre ! Et puis la vie de l'Eglise a repris. Comme il n'y avait plus d'objets cultuels, le clergé dut s'adresser aux orfèvres parisiens ou lyonnais. Calices et autres ciboires proviennent des églises de Marmande, de Coussan, de Beyssac. Parmi les objets remarquables classés monuments historiques : un plat à quêter en laiton du XVIIe siècle, une croix de procession en argent de la fin du XVIIIe.

Visites : service du patrimoine, tél. 05 53 93 47 30.

La Dépêche du Midi

Excellent accueil et compétence de l'Office du Tourisme - Philippe POISSON - 2013

Le cloître de Marmande - La galerie d'art sacrée
Le cloître de Marmande - La galerie d'art sacrée

Commenter cet article