Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

On sait l'ampleur des pillages des collections, d'art en France par l'occupant nazi. Nul n'ignore plus l'existence des listes Otto - recensant les auteurs, juifs ou antinazis, qui devaient être à jamais bannis de tout catalogue - et que le syndicat des éditeurs français appliqua dès les premières heures de l'Occupation avec un zèle certain. Personne, avant Martine Poulain, ne s'était inquiété du devenir des bibliothèques dans la France de 1940 à 1944. Une France qui est à la fois celle de l'occupant nazi et celle du régime de Vichy. A la différence des archives des ministères (Guerre, Affaire, étrangères, Intérieur, justice) et des musées, peu de bibliothèques publiques sont l'objet du pillage par l'occupant, à l'exception des alsaciennes et des mosellanes, germanisées et propriétés du Reich. Le vol de masse, nazi mais aussi vichyste. frappe, dès juin 1940, les bibliothèques institutionnelles - juives, slaves, maçonnes - mais aussi privées, celles des premiers ennemis du Reich (les grandes familles juives, les Allemands exilés, les hommes politiques du Front populaire). Puis le pillage accompagne ordinairement les rafles. Plus de dix millions de livres prennent le chemin de l'Allemagne. Martine Poulain a constitué une première liste des personnes spoliées de leur bibliothèque - près de 1 700 noms. Le régime de Vichy, de son côté, surveille les livres, les bibliothèques et les lecteurs, sous la houlette d'une Bibliothèque nationale devenue le parangon de l'ordre nouveau, instrument de la collaboration d’État aux mains de Bernard Faÿ. Ce dernier mène une lutte obsessionnelle contre la franc maçonnerie sous couvert d'un " Musée des sociétés secrètes ".

Conservatrice de bibliothèque et sociologue, titulaire d’une thèse et d’une habilitation à diriger des recherches en sociologie, Martine Poulain a été responsable du Service des études et de la recherche de la BPI, rédactrice en chef du Bulletin des Bibliothèques de France, puis directrice de Médiadix (Centre de formation aux métiers du livre) et de l’IUP Métiers du livre à l’université de Paris X. - Elle dirige actuellement le département de la bibliothèque et de la documentation de l’Institut National d'Histoire de lArt.

Martien Poulain a publié de nombreux articles dans des revues professionnelles, et dans Histoire de l’édition française, 1945-1995 : « La censure du livre » (Éd. du Cercle de la librairie, 1998). Elle a dirigé Littérature contemporaine en bibliothèque (Éd. du Cercle de la librairie, 2001) et est également codirecteur et coauteur du Dictionnaire encyclopédique du livre (Éd. du Cercle de la librairie, 2002)

Écrire sous l’Occupation ...

Amour et sexe sous l'Occupation - Archive

Les Femmes de l'Ouest sous l'Occupation

Gendarmes et maquisards sous l’Occupation

Les R.G. sous l'Occupation de Frédéric Couderc

Mode et débrouille vestimentaire sous l'Occupation allemande

La mortalité gendarmique sous l’Occupation (1940-1944)

Les Français sous l'Occupation

La mode sous l'Occupation : 1940-1944 ...

Les Tsiganes sous l'Occupation: l'enquête

La délation dans la France des années noires

Livres pillés, lectures surveillées : Les bibliothèques françaises sous l'Occupation
Livres pillés, lectures surveillées : Les bibliothèques françaises sous l'Occupation
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article