Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

Vous avez envie de changer de peau ? Adoptez le tatouage qui, comme le rappelle l'écrivain américain Russel Banks, «vous fait penser à votre corps comme à un costume particulier que vous pouvez mettre ou enlever chaque fois que vous en avez envie» !

Admiré ou honni, cet art d'habiller la peau en modifiant son aspect est connu de tous les peuples depuis des millénaires.

En cette saison estivale où les corps laissent apparaître sur la plage des ornementations plus ou moins détaillées, rappelons en couleurs les aléas de cette pratique artistique si troublante.

Cousin des peintures corporelles et des scarifications (incisions superficielles de la peau), le tatouage consiste en l'introduction d'encre sous la peau, entre le derme et l'épiderme.

Effectué à l'origine avec du charbon ou de la suie insérés grâce à un objet pointu, pointe d'os ou aiguille, il est réalisé aujourd'hui avec de l'encre de couleur et un appareil électrique, le dermographe.

Si la technique est réputée longue et douloureuse, le processus inverse ne l'est pas moins. Depuis l'Antiquité, les recettes proposées pour un bon détatouage ne manquent pas : pour les Grecs, rien de tel qu'un mélange caustique de suc de figues et pissenlits. Les Romains ont tenté la fiente de pigeon dissoute dans du vinaigre. D'autres idées ?...


Tatouage : la peau qui parle

Tatouage : La peau qui parle ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article