Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

En portant pour la première fois depuis la défaite de 1940 l'étendard tricolore sur le sol européen, le Corps expéditionnaire français accomplit un geste capital pour le relèvement national. La force du symbole ne saurait toutefois occulter ses vicissitudes. C'est l'histoire de cette renaissance douloureuse de l’armée française que retrace ce livre. Par un jeu d’échelles entre les hommes, Européens et indigènes, qui forment le Corps expéditionnaire français et cette armée considérée comme enjeu politique et diplomatique, par un souci constant de comparaison avec les forces britanniques et américaines, avec d’autres théâtres d’opérations, voire avec d’autres conflits, il a pour ambition de saisir la complexité et l’humanité de cette histoire.

Au-delà des opérations militaires, le livre revient sur la genèse du corps commandé par le général Juin, et en particulier sur la levée en masse en Afrique du Nord. Il souligne le poids humain et économique de la mobilisation – et notamment l’appel aux femmes –, analyse les modalités de recrutement des troupes indigènes dans les trois contextes distincts de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie. Cet ouvrage renouvelle également l’histoire politique de l’armée française pendant la Seconde Guerre mondiale. Il souligne les réticences d’une armée d’Afrique, encore traumatisée par la défaite, à renier le Maréchal et les valeurs prônées par Vichy. L’arrivée en Afrique des Forces Françaises Libres et des évadés par l’Espagne impose une rupture : alors que le primat de l’obéissance guide l’action de l’armée d’Afrique, les Français Libres prônent l’esprit de résistance. L’épuration de l’armée confiée aux tribunaux militaires à partir de novembre 1943, bien que clémente, provoque un traumatisme durable au sein de l’armée d’Afrique. Le livre examine par ailleurs la participation à la campagne d’Italie du Corps expéditionnaire français, à la lumière des débats sur la stratégie méditerranéenne qui empoisonnent les relations entre états-majors britannique et américain de 1942 à 1944.
Tout en soulignant le rôle du Corps expéditionnaire français dans les combats (batailles du Monte Cassino de janvier 44 et Garigliano de juin 44), ayant permis la libération de Rome en juin 1944, le livre propose une analyse renouvelée des nombreux viols et pillages perpétrés à l’encontre des civils italiens qui ternirent les victoires remportées. Dépassant les explications trop souvent manichéennes des historiographies française et italienne, il souligne la pluralité des facteurs ayant provoqué ce déferlement de violence.
En guise d’épilogue, le livre revient sur le règlement de la guerre lors des conférences internationales de 1945 à 1947. En brossant un bref tableau de la mémoire blessée des anciens du Corps expéditionnaire français, il montre enfin comment le corps du général Juin est devenu pour beaucoup le dernier avatar glorieux d’une fraternité d’armes idéalisée entre Européens et indigènes et, à ce titre, le vestige d’un monde disparu et regretté.

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégée d’histoire, Julie Le Gac est chercheuse associée à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (Université Paris Ouest, ENS de Cachan).

Vaincre sans gloire, Le corps expéditionnaire français en Italie (novembre 1942-juillet 1944) par Julie Le Gac aux éditions Les Belles Lettres.

Vaincre sans gloire, Le corps expéditionnaire français en Italie (novembre 1942-juillet 1944) par Julie Le Gac

Commenter cet article