Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe Poisson

« Figurez-vous une immense salle en gradins. Ces gradins sont élevés de trente centimètres environ les uns au-dessus des autres, comme d’immenses marches, et chaque gradin est une rangée de boîtes à l’ouverture de chacune desquelles apparaît une tête. Car c’est une des règles de la prison cellulaire : les prisonniers voient celui qui leur parle, celui qui parle les voit, mais entre eux les condamnés n’ont aucune communication ; ils ne peuvent s’apercevoir. […] Et ils sont ainsi plus de cent cinquante. […] Cet auditoire de têtes muettes, dont les yeux seuls bougent ; ces spectateurs sans corps, entre lesquels aucune communication ne s’établit ! Le spectacle est étrange ! ». Le Petit Parisien du dimanche 22 mars 1903.

La chapelle cellulaire en application de la loi du 5 juin 1875

Par Jacky Tronel | Samedi 19 octobre 2013 |

 

La prison cellulaire de Philadelphie ...

Capuchon et cage à poule

Les fourgons cellulaires

Les fourgons cellulaires ...

Scènes de transfert de détenu(e)s au XIXe siècle - début XXe siècle)

Photographies de la prison d'Yvetot

Dortoirs types où les pupilles sont isolés - Colonie d'Aniane - 1937

La prison Mazas de célèbre mémoire...

Le « panier à salade » au poste de l’Opéra

La chapelle cellulaire en application de la loi du 5 juin 1875

Commenter cet article