Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sonia Olschanesky[1] (1923-1944) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, recrutée en France comme courrier du réseau JUGGLER du service secret britannique Special Operations Executive, Section F. Après l'arrestation de son chef Jean Worms en juillet 1943, elle reprend pendant six mois la direction du réseau, mais finit par être arrêtée, déportée et exécutée par les Allemands.

Note : pour accéder à des photographies de Sonia Olschanesky, se reporter au paragraphe Liens externes, en fin d'article.

Son père : Eli Olschanesky, Russe, Juif, originaire d'Odessa, venu faire des études d'ingénieur chimiste à Chemnitz, s'y est marié. Il a ensuite créé une usine de fabrication de bas de soie en Roumanie, puis est venu s'établir à Paris en 1930 comme représentant commercial d’une fabrique de bas.

  •  Sa mère : Allemande[2].

  • Ses frères : Énoch et Serge.

    1923. Le 25 décembre, naissance de Sonia Olschanesky à Chemnitz, Allemagne.

 1930[3]. La famille s’installe à Paris, et son père y ouvre un magasin de lingerie.

Elle est une bonne étudiante, mais sa principale ambition est de devenir danseuse.

Après avoir quitté l’école, elle travaille comme jeune-fille au pair.


1940.

  • Mai. La France est envahie par l’armée allemande. Sonia rejoint la Résistance.

1942.

  • Mai. Les Juifs doivent porter l’étoile jaune.

  • Juin. Elle est arrêtée et envoyée au camp de Drancy. Elle s'y porte volontaire pour s'occuper des enfants séparés de leurs parents.

  • Quand sa mère apprend ce qui lui est arrivé, elle prend contact avec des amis en Allemagne qui s’arrangent pour fabriquer de faux papiers attestant de ses compétences professionnelles dans le domaine de la fourrure, domaine utile à l’effort de guerre sur le front de l'est.

  • Automne. Grâce à ces papiers et au paiement d’une somme au responsable allemand adéquat, elle est libérée.

1943.

  • Sonia est présentée à Jacques Weil par son frère Énoch Olschanesky, engagé volontaire, fait prisonnier en mai 1940, évadé d'un stalag, et devenu membre du réseau JUGGLER, sous-réseau du réseau Prosper – PHYSICIAN. Auprès de Jean Worms, le chef du réseau, et de Jacques Weil, son adjoint, elle devient secrétaire et courrier (ou agent de liaison) dans le triangle constitué par Paris, Saint-Quentin vers le Nord et Châlons-sur-Marne vers l'Est. Elle adopte le pseudo « Tania ».

  • Le réseau organise dix groupes de sabotage dans le secteur de Châlons-sur-Marne et Vitry-le-François.

  • Elle participe au dynamitage d'un train de munitions à Melun.

  • Juin. Effondrement du réseau : la plupart des dirigeants du réseau sont arrêtés.

  •  1er juillet. Jean Worms est arrêté dans le restaurant Chez Tutulle, 8, rue Troyon[4]. Jacques Weil et elle restent libres. Ils partent pour la Suisse. Mais à Annecy, elle renonce, et rentre pour poursuivre son activité de résistante : elle prend la direction du réseau, mais sans instructions du SOE.[5]

  • Octobre. Elle envoie un message à Londres, « Madeleine a été hospitalisée », qui signifie que Noor Inayat Khan a été arrêtée. Le SOE, qui ne connaît pas Sonia, néglige l'avertissement et commence à subir le Funkspiel que les Allemands engagent grâce au poste émetteur de Noor qu'ils ont pris. Plus tard, il négligera également de tenir compte des nombreux signes qui marquent que le poste est actionné par les Allemands, notamment l'absence des contrôles de sécurité dans les messages.

1944.

  • 20 janvier. Elle est contactée par l'agent « Clothaire », qui se prétend envoyé par Londres pour l'aider à rétablir la liaison avec le SOE.

  • 21 janvier. Elle est arrêtée au Soleil d'or, place de la Trinité. Après un interrogatoire de la Gestapo, elle est incarcérée à la prison de Fresnes.

  • 13 mai. Les Allemands transfèrent à Karlsruhe, Allemagne huit femmes agents du SOE, dont Sonia.[6]

  • 6 juillet. Sonia, en même temps que Diana Rowden, Andrée Borrel and Vera Leigh, est emmenée au camp de concentration de Struthof-Natzweiler, en Alsace. Dans la journée, on leur fait une injection léthale de phénol et on les jette dans le four crématoire.

  • Son nom figure sur la plaque apposée sur le site du camp de Natzweiler, « à la mémoire des quatre femmes britanniques et françaises parachutées exécutées dans ce camp », avec ceux d'Andrée Borrel, Vera Leigh et Diana Rowden.

  • Son nom ne figure pas au Mémorial de Valençay, Indre, France, qui honore les 104 agents de la Section F du SOE morts pour la France.

  • Michael Richard Daniell Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, ISBN : 978-2-84734-329-8 / EAN 13 : 9782847343298. Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004. Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France. Une référence essentielle.

  • Jean Cathelin et Gabrielle Gray, Crimes et trafics de la Gestapo française, 2 tomes, Historama, 1972. Le cas de Sonia est traité au vol. 2, ch. XVIII In Memoriam. Sonia Olschanesky, danseuse et agent du SOE. Souvenirs de son frère Serge.

  • Charles Wighton, Pin-Stripe Saboteur. Ce livre est une biographie, romancée et déformée, de Jacques Weil.

  • Article de Wikipédia en anglais.

  1.  ↑ L'orthographe adoptée ici est celle de M.R.D. Foot. D'autres sources écrivent Sonya, et Ol(s)chanezky.

  2.  ↑ Site Special Forces Roll of Honour.

  3.  ↑ Son frère donne 1933 comme date d'arrivée en France « devant la montée du nazisme ».

  4.  ↑ Et non pas rue Pergolèse souvent mentionné. Source : John Vader, Nous n'avons pas joué, p. 120.

  5.  ↑ Le SOE n'a pas de dossier à son nom. Son recrutement avait eu lieu en France et elle n'avait pas suivi l'entraînement des agents en Grande-Bretagne.

  6. ↑ Les sept autres sont : Yolande Beekman, Eliane Plewman, Madeleine Damerment, Odette Sansom, Diana Rowden, Andrée Borrel et Vera Leigh.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sonia_Olschanesky
 

1942 : Winston Churchill autorise le recrutement de femmes, plus adaptées à certaines missions délicates que lance le Special Operations Executive (SOE), une organisation secrète destinée à soutenir la résistance européenne à l'ennemi nazi. Difficile pourtant de trouver l'oiseau rare disponible... On les veut vives, intelligentes, courageuses, audacieuses, et séduisantes si possible ! C'est ainsi que les trente-neuf candidates de la section F (comme France) viennent d'horizons multiples à l'image même de leurs motivations. Leur formation sera brève, mais militaire - maniement des armes, sabotage, endurance à la torture, etc. Leur histoire pleine de rebondissements et, pour treize d'entre elles, terriblement dramatique est étrangement méconnue en France. Pour retracer leur aventure, Monika Siedentopf a eu accès aux archives, dont certaines déclassifiées depuis peu, et a recueilli les témoignages d'anciens résistants. Son récit souvent bouleversant témoigne de la bravoure de ces jeunes femmes. Mais il tourne au drame lorsque l'historienne révèle l'existence d'une taupe au sein de la section F qui, pour leur malheur, ne fut découverte que bien après la guerre ...

 

 

En complément sur le blog :

 

Vera Atkins du Special Operations Executive (SOE)

Violette Szabo du Special Operations Executive (SOE)

Noor Inayat Khan du Special Operations Executive (SOE)

Odette Sansom du Special Operations Executive (SOE)

Andrée Borrel du Special Operations Executive (SOE)

Lise de Baissac du Special Operations Executive (SOE)

Yvonne Rudellat du Special Operations Executive (SOE)

Diana Rowden du Special Operations Executive (SOE)

Yolande Beekman du Special Operations Executive (SOE)

Eliane Plewman du Special Operations Executive (SOE)

Vera Leigh du Special Operations Executive (SOE)

Madeleine Damerment du Special Operations Executive (SOE)

Paroles de l'ombre ...

Parachutées en terre ennemie

 

En complément sur le blog :

 

Femme d’action, femme résistante. Marie-Rose Gineste...

Madeleine Riffaud, lieutenant F.T.P.

Geneviève de Gaulle : Grande d'âme

Marie-Madeleine Fourcade, héroïne de la Résistance

Cécile Rol-Tanguy, une combattante de la liberté

Berty Albrecht, Compagnon de la Libération ...

L'oubli des femmes dans l'historiographie de la Résistance

Ces allemandes qui résistèrent au régime nazi

Survivre à Ravensbrück : Témoignage de Jacqueline Péry d'Alincourt

Parachutées en terre ennemie

Les femmes de la Résistance moins reconnues que les hommes

 


Femmes dans les guerres (35)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article